Avec les absences de deux de ses titulaires, Krépin Diatta et Nampalys Mendy, la question qui se posait, avant le match contre le Togo, était de savoir si Aliou Cissé allait revenir à son système préférentiel, le 4-3-3.

Finalement c’est non. Le sélectionneur national ayant reconduit face aux Eperviers, le 4-2-3-1 mis en place lors des derniers matchs amicaux contre Zambie (3-1) et Cap-Vert (2-0). Un nouveau dispositif qui avait tenu ses promesses, autant dans son animation que dans le choix des hommes.

Avec la vérité tactique qui dit : «on ne change pas un système qui gagne», on voyait mal le coach des Lions laisser aux vestiaires un dispositif qui lui a valu des satisfactions. C’est donc sans surprise que les Lions ont évolué en 4-2-3-1, mercredi à Lat Dior, avec à l’arrivée une victoire logique face aux hommes de Paulo Duarte.

Sur le choix des hommes, Aliou Cissé se devait de compenser les absences de Krépin et Nampalys. Le milieu récupérateur de Leicester a été remplacé dans l’entrejeu par le «revenant» Cheikh Kouyaté qui a retrouvé un poste qu’il connaît bien, aux côtés de Gana Guèye. En attaque au niveau du couloir droit qu’occupait Krépin, Cissé a porté son choix sur Pape Matar Sarr.

Pour le reste pas de changement. Mis à part la titularisation au poste de latéral droit de Ibrahima Mbaye à la place de Youssouf Sabaly forfait, ce sont les mêmes hommes qui étaient là. Avec en attaque, Ismaïla Sarr à gauche, Boulaye Dia en pointe et Sadio Mané en meneur de jeu axial.

Le vrai pari de Cissé : le positionnement axial de Mané pour mieux perturber les défenses adverses

Justement, intéressons-nous au repositionnement de l’attaquant des Reds qui a laissé son côté gauche pour venir s’installer dans l’axe. Un choix voulu et bien mûri par Aliou Cissé qui en a fait un pari. Et ce pari, le coach des Lions est en train de le gagner.

En effet, les dernières prestations de «SM10» avec les Lions ont démontré qu’il est plus dangereux à ce poste que quand il est joue à gauche. On va nous rétorquer qu’à Liverpool, il joue effectivement excentré. Mais il est évident que les réalités en club ne sont pas les mêmes en Equipe nationale. Et l’avantage est que dans son nouveau rôle, Mané s’y plaît et s’y retrouve, en étant un vrai danger pour la défense adverse. En témoignent ses dernières prestations où il a été buteur, dernier passeur, provocateur de coup-franc et même de penalty (action litigeuse dans la surface contre le Togo).

Prochain chantier de Cissé : dénicher un attaquant gaucher de métier

L’autre avantage, c’est son entente avec Boulaye Dia qui prend forme. Ce dernier, dans son rôle de pivot ou d’avant-centre fixateur, est un devenu un vrai complice de Mané dans les situations de «une-deux». Confirmant ainsi les attentes de Cissé par rapport à ce nouveau rôle de l’enfant de Bambali qui fait beaucoup de bien à l’animation offensive des Lions.

D’ailleurs pour rester dans ce secteur offensif, le débat sur la position de Ismaïla Sarr à gauche a ressurgi. Mais c’est oublier que l’attaquant de Watford -même s’il joue à droite en club- a été intenable à ce poste contre la Zambie et le Cap Vert. Suffisant pour lui accorder des circonstances atténuantes, mercredi face aux Eperviers.

En fait, pour mettre fin au débat sur le positionnement de nos ailiers, il urge pour Aliou Cissé de dénicher un attaquant gaucher de métier (style Mahrez ou Ziyech) et qui sera scotché à droite. Un profil qui manque dans la Tanière et qui devrait être son prochain chantier au niveau de la prospection.

En attendant, le sélectionneur peut se frotter les mains d’avoir réussi le «pari Mané» dans son nouveau 4-2-3-1. Un système qui, faut-il le rappeler, n’est pas figé. Cissé étant toujours prêt à sortir des vestiaires son 4-3-3 fétiche, si nécessaire.

Sourcelequotidien
Article précédentÉliminatoires Coupe du monde 2022- Congo vs Sénégal : Les Lions vont quitter ce Dimanche
Article suivantOM : Boubacar Kamara dans le viseur du Sénégal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here