PARTAGER

Réagissant à la première place du Sénégal dans le classement FIFA du mois de novembre dans les médias locaux, les dirigeants et les supporters sénégalais, une fois la surprise passée, ont dit préférer un titre continental lors de la CAN 2017.

Alors que l’actualité du football sénégalais était occupée par la défaite 1-2 contre l’Afrique du Sud et la double nomination de Sadio Mané au titre de Ballon d’or sénégalais et dans le Top 5, la sortie du classement FIFA du novembre a été une véritable surprise pour des supporters et même des observateurs.

[themoneytizer id=”9390-28″]

 

Très écouté, le journaliste et chroniqueur Abdoulaye Diaw s’interroge sur le mode opératoire de la FIFA disant ne pas comprendre que le Sénégal qui vient de perdre contre l’Afrique du Sud puisse passer devant la Côte d’Ivoire qui était devant et qui a réussi à l’extérieur un résultat nul (0-0) contre le Maroc.

‘’Oui, je reste dubitatif sur le mode opératoire de la FIFA et prenons ce classement comme un bonus, comme un devoir de mériter sa place de numéro 1 à la CAN 2017’’, a dit le chroniqueur indiquant préférer voir le Sénégal plus en chasseur qu’en gibier.

‘’Quand on est numéro 1, on devient l’équipe à battre et dans l’histoire du football national, les Lions sont toujours meilleurs en position d’outsider’’, a-t-il dit évoquant la victoire (1-0) contre l’Egypte en ouverture de la CAN 1986 et le succès contre la France en ouverture de la Coupe du monde 2002.

Sur le même thème, le directeur technique national, Mayacine Mar, s’il appelle dans un entretien avec ‘’cafonline’’ à une lecture lucide du classement ‘’une photographie en un instant I’’, il n’en oublie pas de citer les résultats palpables du Sénégal ces deux dernières années.

‘’On joue partout et il y a une synergie dans les efforts’’, a-t-il expliqué soulignant que les championnats professionnels en Ligue 1 et Ligue 2, ont fait de grands bonds en avant.

‘’Certes, il y a beaucoup de choses à faire en mettant sur pied une véritable économie du football pour pouvoir mieux retenir les jeunes footballeurs mais ce classement valide un travail remarquable fait ces dernières années en termes de formation de cadres et des joueurs et d’e construction d’infrastructures sportives’’, a expliqué le DTN sénégalais appelant les Lions à défendre crânement leur position au Gabon.

En trois phases finales de CAN (2008, 2012, 2015), le Sénégal n’est pas arrivé pas à franchir le cap du premier tour en dépit d’un potentiel loué par tous les observateurs.

Moins triomphaliste, le président de la Ligue sénégalaise de football professionnel, Saer Seck qui est par ailleurs, président de l’institut Diambars, fait remarquer que le palmarès du Sénégal reste encore vide.

‘’Moi ce classement, ça ne me fait pas monter sur un cocotier’’, a essayé de tempérer le 1er vice-président de la Fédération sénégalaise de football (FSF) ajoutant que cette première place signifie que le Sénégal est cité parmi les nations qui comptent dans le football continental et mondial.

‘’Cela prouve tout simplement que du bon travail est en train d’être fait mais nous ne serons vraiment satisfaits que lorsque le Sénégal décrochera son premier titre continental’’, a indiqué Saer Seck.

Quart de finaliste de la CAN 2000, le défenseur à la retraite, Cheikh Sidy Ba, abonde dans le même sens appelant les supporters à faire preuve d’humilité.

‘’Ce classement est bon à prendre mais il ne faut qu’il anesthésie les joueurs parce qu’on court depuis 2006 derrière une qualification au second tour de la CAN’’, a-t-il rappelé soulignant que ce n’est pas normal dans un pays au potentiel du Sénégal. ‘’On doit changer la donne et cela ne se fera sur le papier mais sur les pelouses au Gabon’’, a-t-il insisté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here