PARTAGER

Le Sénégal a atteint la finale de la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2002 et les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002™. Mais depuis, les Lions de la Teranga n’ont plus réussi à se qualifier pour la compétition mondiale. Ils ont connu des temps difficiles jusqu’à la nomination au poste de sélectionneur d’Aliou Cissé, l’un des cadres de l’épopée de 2002. Ce dernier a composé une équipe qui a bien débuté les préliminaires de Russie 2018 en battant le Cap-Vert (2:0).

“Ce groupe a commencé à travailler il y a deux ans. Notre objectif depuis le début reste la qualification pour Russie 2018”, annonce à FIFA.com le défenseur Saliou Ciss, l’un des artisans de cette victoire. “Après des mois de labeur, nous avons récolté les fruits de nos efforts en battant le Cap-Vert et en obtenant nos trois premiers points”.

Suite à ce succès, le Sénégal doit maintenant se déplacer en Afrique du Sud pour un match que Ciss considère comme difficile. “Ce n’est pas à la portée de n’importe qui de rentrer d’Afrique du Sud avec un résultat positif, mais nous sommes conscients de la responsabilité qui repose sur nos épaules”, admet le joueur de Valenciennes. “Nous allons nous préparer à tous les niveaux pour revenir avec un bon résultat. Nous devons donc partir avec la victoire en tête. La sélection sénégalaise joue toujours pour gagner. Il faut surtout gagner tous nos matches à domicile et rapporter un maximum de points de nos déplacements. Avec cette mentalité, nous pouvons nous qualifier.”

Parmi les principaux atouts des Sénégalais pour atteindre cet objectif, Ciss cite l’ambition et la cohésion d’un groupe décidé à ne plus suivre les débats de loin. “Nous avons le désir d’entrer dans l’histoire du football sénégalais par la grande porte, comme la génération 2002, qui a beaucoup donné à notre pays”, annonce-t-il. “Nous avons de la chance d’avoir un sélectionneur comme Aliou Cissé, qui a déjà disputé les qualifications pour la Coupe du Monde. Il était capitaine en 2002 et il a participé à la Coupe du Monde cette année-là. Son expérience nous aide à avancer. D’autres anciens comme Lamine Diatta, El Hadji Diouf et Khalilou Fadiga sont aussi là pour nous. Notre génération a de la chance d’avoir ces joueurs autour d’elle. À nous d’en profiter.”

Emmenée par ces cadres, la génération 2002 a mis la barre haut en atteignant les quarts de finale de la Coupe du Monde. Pourtant, Ciss estime que l’équipe actuelle peut faire encore mieux. “Notre premier objectif est d’obtenir de meilleurs résultats qu’en 2002. Il faut gagner la CAN 2017 puis se qualifier pour Russie 2018. Nous essaierons ensuite d’aller le plus loin possible et de faire mieux que la génération de 2002”, conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here