L’équipe nationale du Sénégal vient d’achever la première partie de sa préparation pour le Mondial 2018. Deux matchs nuls contre l’Ouzbékistan et la Bosnie, synonymes de résultats qui pourraient semer le doute dans la tête du sénégalais lambda, s’il ne se fie qu’aux scores finaux. Mais comme l’a clarifié l’ancien sélectionneur des Lions Amara Traoré, dans le cadre d’une préparation d’un tournoi comme la Coupe du Monde, ‘’le plus  important ce n’est pas le résultat, mais le contenu’’. Ceci dit, quels enseignements faut-il tirer de cette première phase de préparation?

« Notre système de prédilection, c’est le 4-3-3 ou le 4-2-3-1 »

Dans le journal Stades, le défenseur central des Lions, Kalidou Koulibaly, a conforté le public en clamant que le système de prédilection du Sénégal est le ‘’4-3-3 ou le 4-2-3-1’’. Même s’il s’agit d’une information évidente au vu des dispositifs tactiques mis en place par Aliou Cissé durant les différents matchs de qualifications de l’équipe nationale entre 2015 et aujourd’hui, ainsi qu’à la dernière Coupe d’Afrique, le fait que le coach ait expérimenté un 3-5-2 à deux mois de la Coupe du Monde peut sembler, du moins, étrange.

« Ce n’est pas un système qui est figé. Beaucoup de gens parlent de tactique, mais le plus important c’est le contenu, l’animation. La tactique ce n’est qu’un support sur lequel on se base pour constituer une équipe » – Aliou Cissé

Selon le sélectionneur national, les joueurs ont déjà des acquis avec les systèmes 4-3-3, 4-2-3-1 ou encore 4-4-2. Ainsi, comme un nouveau cours à l’école, le coach voulait expérimenter le 3-5-2 avec ses élèves, pour les pousser à évoluer dans ce système et pour pouvoir analyser le contenu. Malgré les nombreuses critiques des différents techniciens sénégalais, personne ne peut nier qu’Aliou Cissé connaît son groupe mieux que quiconque. L’ancien président français François Mitterrand disait, dans une citation bien connue, que « l’habitude est un confort mortel ». Cette phrase peut s’appliquer au football et peut nous permettre d’avoir une meilleure lecture de la décision d’Aliou Cissé. Peut-être qu’en évoluant dans un dispositif dans lequel l’équipe n’a pas l’habitude de jouer, l’équipe sort de son confort et crée des automatismes qui pourraient lui permettre d’avoir un jeu encore plus fluide quand elle reviendra à sa tactique de base. Comme on dit, pour préparer un examen, il faut souvent étudier des cours difficiles que l’on n’apprécie pas, mais cette révision nous assure une meilleur note le jour du test.

Quels joueurs ont marqué des points?

L’équipe remaniée du Sénégal qui a affronté l’Ouzbékistan a laissé peu de satisfactions dans l’ensemble, même s’il faut avouer que même l’équipe type a parfois du mal à fluidifier son jeu et qu’on pouvait donc ne pas s’attendre à mieux avec l’équipe B, qui ne joue jamais ensemble.  Les joueurs avaient du mal à garder le ballon et à se créer des occasions, et presque personne n’a réussi à tirer son épingle du jeu, à part le néo-lion Santy Ngom. Mais le sélectionneur cherchait surement à piocher des joueurs prêts à compléter les 4 à 5 places restantes dans le groupe des 23, car le coach voulait que ces matchs servent justement à cela.

Contre la Bosnie, l’équipe a beaucoup mieux évolué, notamment en première période avec les titulaires probables que sont Diallo, Koulibaly, Sabaly et PAN qui ont proposé de bonnes choses qu’on avait pas vu lors du premier match. En seconde période l’équipe a baissé son niveau de jeu, avec un Sadio Mané qui a eu du mal à étaler sa vitesse de compétition en position axiale. Malgré le score nul et vierge, l’équipe a tenu tête à une équipe bosniaque mondialiste en 2014, qui n’était privé que d’un élément important, le gardien de but de Bournemouth Asmir Begović.

Cependant, le doute plane toujours sur le titulaire au poste de gardien de but, avec Khadim Ndiaye qui a été excellent lors des éliminatoires et Abdoulaye Diallo qui a aussi été irréprochable depuis sa première titularisation. Le flanc gauche des Lions aura également tout vu depuis l’accident malheureux de Souaré, avec comme dernier postulant Armand Traoré qui a eu du mal à s’adapter au nouveau système et qui n’a pas montré qu’il est prêt à démarrer un match de Coupe du Monde. Il semblerait donc que comme en 2002, le Sénégal fera du « Daf » au Mondial en alignant Youssouf Sabaly à gauche et Lamine Gassama à droite, malgré les désaccords que cela pourrait créer. Pour conclure, même si ces matchs ont été difficile a analysé, il est indéniable que le Sénégal tient finalement 9 titulaires indiscutables pour le Mondial : Gassama, Kara, Koulibaly, Sabaly, Gana, Kouyaté, PAN, Mané ce qui représente plus de 80% du onze en sachant qu’une des places restantes se joue seulement entre Diallo et Khadim. Cette clarification pourrait être de bon augure pour la suite.

 

La suite

Le 21 mai 2018, les Lions seront en regroupement pour préparer la Coupe du Monde. Un bon équilibre de matchs amicaux attend les Lions avec un test face au Luxembourg, plus faible que le Sénégal sur le papier et face auquel Aliou Cissé pourra permettre à son 11 type de jouer et de gagner, avec la manière. Ensuite la Croatie, une des meilleures équipes d’Europe, attendra les Lions, et nous permettra de juger l’aptitude réelle de notre équipe à participer à la Coupe du Monde. Ensuite l’ultime match de préparation sera face à la Corée du Sud.