Ils ont effectué leurs classes ensemble en équipe nationale junior du Sénégal et faisaient partis des tauliers de l’équipe emmenée par Joseph Koto et Malick Daf qui avait atteint la finale de la CAN U-20 en 2015 au Sénégal et les demi-finales de la Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande la même année. À l’image de leurs ainés que sont Sadio Mané, Gana Gueye et Kouyaté, reliques de la génération des JO de Londres 2012, Mamadou Loum Ndiaye et Sidy Sarr, accompagnés de quelques survivants de leur génération qui ont réussi à relever le défi d’atteindre le haut niveau en Europe, à savoir Moussa Wag(Barcelone), Pape Abou Cissé (Olympiakos) ou encore Moussa Koné (Dynamo Dresden), auront à jouer de grands rôles dans un futur proche en équipe nationale, dans un secteur de jeu qui soulèvera beaucoup de questions dans les prochaines années, à savoir le milieu de terrain.

Derrière Gana Gueye, le désert.

L’été dernier Idrissa Gana Gueye a atteint un nouveau palier dans sa carrière en signant au Paris Saint-Germain, une des meilleures équipes du monde et un sérieux prétendant en Ligue des Champions.

Pendant que Gana, déjà indispensable en sélection, venait renforcer davantage son statut, Alfred Ndiaye s’exilait au Golfe, Henri Saivet cherchait à se forger une place à Newcastle (toujours sans succès après 3 saisons),Badou Ndiaye retournait à Stoke en Championship et Cheikh Ndoye se remettait de sa blessure, âgé lui de 33 ans aujourd’hui. Chacun de ses joueurs est proche de la trentaine et loin du niveau auquel il aurait voulu évoluer aujourd’hui. Krépin Diatta est le seul « milieu de terrain » ayant crevé l’écran en club et en sélection qui pour l’instant a une place assurée, mais il sera amené à évoluer comme milieu offensif ou milieu excentré ; l’objet ici est d’analyser la situation des milieux défensifs et relayeurs sénégalais.

Loum et Sarr : la relève

Tous deux âgés de 23 ans, Loum Ndiaye et Sidy Sarr ont déjà l’expérience d’avoir joué plusieurs saisons en Europe et quelques matchs en sélections avec un but qualificatif décisif pour Sarr et un match titanesque de Loum en amical face au Mali. L’un faisait partie des meilleurs jeunes récupérateurs du championnat portugais, et l’autre a fait ses preuves en Belgique avant de chercher à s’imposer en France. Loum évolue actuellement au FC Porto, un des Os Três Grandes du Portugal, et travaille pour gagner une place au sein du groupe, mais ne se contente pour l’instant que de matchs en Coupe. Un joueur talentueux qui est loin d’avoir fini de montrer la panoplie de son talent, il a déjà eu à montrer une capacité à évoluer comme sentinelle grâce à son sens de l’anticipation et à ses tacles précis, mais aussi à jouer comme relayeur avec un état d’esprit de box-to-box, de par sa vision de jeu et ses tirs de loin. Loum bénéficierai à partir en prêt dans un club de milieu de tableau dans le Big 5 car s’il a le niveau, il va s’imposer. N’golo Kanté, pour ne citer que lui, s’est imposé à Caen et Leicester avant de se retrouver à Chelsea et devenir champion du monde en équipe de France.

Sidy Sarr évolue également dans le même registre que Loum, avec des qualités très similaires, mais a aussi l’avantage d’être gaucher. Il est doté d’une excellente précision de tête, raison pour laquelle il peut être dangereux sur coups de pieds arrêtés et dans la projection vers l’avant. Mais Sidy Sarr excellerait sûrement plus en tant que relayeur ou numéro 10 en raison de ses réactions lentes dans les gestes défensifs qui prouvent que défendre n’est pas sa tasse de thé, à l’inverse de Loum Ndiaye qui est capable de s’asseoir devant la défense en tant que pur 6.

L’évolution probable de Gana et la recherche d’un compère.

Au début de sa carrière en club comme en sélection, Gana Gueye évoluait comme sentinelle au milieu de terrain. Au fil des années, l’augmentation nette de son niveau de jeu, notamment dans les dribbles, la conservation de balle et les passes tranchantes a poussé Aliou Cissé à l’avancer en relayeur pour bénéficier au maximum de la nouvelle panoplie du joueur. Cissé peut même être gratifié d’être le premier entraîneur à avoir utilisé Gana à ce poste, même si le positionnement de ses coéquipiers sur la pelouse lui rendait la tâche beaucoup plus difficile à ce nouveau poste, notamment à la CAN. Au PSG, Tuchel l’a utilisé dans le même registre, notamment face au Real où Gana a été précieux dans la récupération, mais surtout dans les constructions offensives car il était capable de trouver des porteurs de balles (Di Maria et Sarabia) devant plus rapidement. En dépassant la trentaine, le registre de Gana redeviendra sûrement celui de pivot et libéro du milieu de terrain, dans un rôle de regista, précieux dans la récupération mais surtout dans la stabilisation du jeu grâce à l’expérience.

Avec Cheikhou Kouyaté qui a plafonné, même s’il a le mérite d’avoir réussi à devenir titulaire à Crystal Palace, d’ici deux saisons avec la CAN 2021 et le Mondial 2022, la recherche du Vieira de Makélélé, du Pogba de Kanté ou encore du Yaya Touré de Zokora est lancée en équipe nationale.

Loum Ndiaye et Sidy Sarr, par vertu du travail, pourrait remplir ce rôle dans le futur. Dans tous les cas de figure, la concurrence s’annonce rude et la porte est ouverte.

 

 

Abdoulaye SARR

asarr97@gmail.com

@abdoulayesarr97

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here