Le coup d’envoi de la saison 2012-2013 sera donné le week-end prochain. Pour les clubs, l’heure est aux derniers réglages et, surtout, aux calculs. Comment faire pour détrôner le champion en titre, le Casa Sports, qui nourrit les mêmes ambitions que celles de la saison dernière ? C’est la grande question qui se pose aux 17 formations aux trousses des Sudistes dans ce championnat grand format qui retrouve la poule unique.
Tous contre le Casa Sports
Il est de coutume que le champion en titre provoque le regard envieux de ses poursuivants. Et le Casa Sports n’échappera pas à la règle, cette saison. Les Sudistes le savent mieux que quiconque ; cette saison, ils seront seuls contre tous. « Le championnat sera très difficile pour nous parce que tout le monde va nous attendre. La saison qui suit un titre est toujours compliquée pour le champion. Donc, nous savons à quoi nous attendre, cette année, et nous allons nous préparer en conséquence », reconnaît l’entraîneur-adjoint du club, Ibrahima Diarra, au sortir du tournoi de l’Assemblée nationale que le club sudiste a terminé à la dernière place du podium. Cette compétition qui marque le démarrage officiel de la saison de football a d’ailleurs permis d’avoir une petite idée sur la forme du champion en quête d’un doublé historique et d’une campagne africaine honorable. Et le moins que l’on puisse dire est que le Casa Sports n’est pas encore prêt. Une équipe sans rythme, un groupe pas encore huilé, un jeu très haché comme conséquence première ; le champion se cherche encore une âme. Mais il a le temps de la retrouver.

Des favoris et des outsiders
Ce début grisonnant ne change pas le statut du club ziguinchorois qui, une fois de plus, enfilera le costume de favori à sa propre succession. Un statut que les Sudistes devront assumer pleinement et qui ne fait l’ombre d’aucun doute. La constance de l’équipe, ces dernières saisons, en restent un repère incontestable. Cependant, les coéquipiers d’Abdoulaye Diallo ne sont pas les seuls à pouvoir revendiquer cette posture de favori. Derrière, toute une meute de gros calibres suit avec les mêmes ambitions et la même puissance pour rivaliser avec les champions. L’Us Ouakam, Niarry Tally et Diambars, sur le papier et au vu de leurs performances de la saison dernière, ne devraient pas manquer d’arguments pour bousculer la hiérarchie. Vice-champion en titre et vainqueur, comme la saison dernière, de la Coupe de l’Assemblée nationale, Diambars reste le concurrent le plus sérieux du Casa Sports dans une Ligue 1 où le Diaraf, l’As Pikine, entre autres, devraient jouer crânement leurs chances après une saison quelque peu difficile. Même si l’As Pikine s’est hissée en finale de la Coupe de la Ligue, elle a bouclé la saison dernière sans le moindre trophée, tout comme le club de la Médina à qui la tunique d’outsider irait très bien et c’est, peut-être là, toute l’ambiguïté du statut du club le plus titré du Sénégal qui a connu deux années catastrophiques. Les « Vert et blanc » restent donc conscients de l’enjeu de cette saison qui démarre samedi, où leur réputation sera, une nouvelle fois, mise à rude épreuve. Dans le même sac, l’As Douanes, Touré Kunda, l’Us Gorée et la Linguère tenteront également d’oublier leurs déboires de la saison passée.

L’argument des promus
Outre les favoris, s’il y a d’autres clubs qui devraient attirer l’attention, ce seront bien les deux promus, Port et Olympique de Ngor. Respectivement champion et vice-champion de Ligue 2, les deux clubs auront pour ambition première de viser le maintien. La suite des performances décidera du reste. Les deux formations semblent en tout cas avoir les moyens (financiers et humains) pour relever le défi. Mais, pour marcher sur les traces de Diambars, les Portuaires et les Ngorois devront se battre jusqu’au bout et se mettre dans la peau de grands pour résister à la furia des ogres et réussir les objectifs. Car, à moins qu’on ne s’y trompe, la Ligue 1 de la saison 2012-2013 sera très difficile puisque devant se disputer en une poule unique.

Un champion, quatre relégués : zéro spectacle ?
C’est effectivement une saison, à la fois, très compliquée et très difficile que les Sénégalais risquent de vivre cette année. En effet, les enjeux de cette édition ne permettent que modérément de nourrir de gros espoirs d’un championnat spectaculaire. Bien que le combat pour la succession du Casa Sports s’annonce des plus passionnants, il n’en demeure pas moins que la perspective d’une compétition à quatorze équipes la saison prochaine ne manque pas de quoi installer la peur dans les différentes écuries. Dans un climat de perpétuelle incertitude, le spectacle risque sans nul doute de se heurter à un système qui favorise plus la résistance que le jeu pour le plaisir des yeux. Car, à quelques jours du coup d’envoi du championnat, aucune équipe ne saurait vraiment jurer être à l’abri de la menace d’une relégation qui devrait déterminer les attitudes des uns et des autres. Pour cause, cette année, quatre équipes seront concernées par la relégation en Ligue inférieure. Tout le monde sait déjà à quoi s’en tenir pour rester en vie dans une Ligue 1 où les premières sorties seront déterminantes, autant pour les équipes que pour les spectateurs qui peuvent tout de même garder espoir de voir le niveau de jeu évoluer. La qualification africaine en vaut bien la peine. Et avec des équipes comme le Casa Sports, Diambars, Ngor, Port, Uso, etc., tout est permis. A moins que les enjeux de maintien ne tuent toutes les espérances.

 

Lesoleil

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here