PARTAGER

Amis dans la vie et complémentaires sur le terrain, Kara Mbodj et Kalidou Koulibaly qui ont évolué ensemble au Racing Genk, représentent un atout majeur pour les «Lions» dans cette Can 2017. Pour le quart de finale de samedi à Franceville face au Cameroun, Aliou Cissé comptera sur son axe central qui constitue le socle de son équipe depuis le début de l’aventure au Gabon.

Kara Mbodji, le roc

Dur comme un roc. Intraitable sur le terrain, Kara Mbodj s’est affirmé comme l’un des meilleurs défenseurs présents au Gabon. Solide sur ses appuis, malgré un genou fragile, le natif de Diass (département de Mbour) est pour beaucoup dans la solidité de la défense des «Lions» qui n’a encaissé que deux buts dans la phase de poules, mieux que n’importe quelle autre équipe de la poule B. Preuve de son importance dans le dispositif de Aliou Cissé, il a été le seul joueur à être titularisé à trois reprises, depuis le début de la Can. Et même si le Sénégal a été mené à deux reprises, face à l’Algérie, il a constamment gêné les attaquants Fennecs, avant d’être remplacé en seconde période. Une manière de le préserver pour le choc de samedi contre le Cameroun dans ce quart de finale où il sera l’un des atouts majeurs de Cissé, face aux puissants «Lions» indomptables.

Inamovible depuis 2012

Avec ses 35 sélections, le défenseur de Anderlecht (Belgique) a fini de s’affirmer comme un leader naturel depuis ses débuts, il y a maintenant cinq ans. Brillant aux Jeux olympiques de Londres, avec un quart de finale, le Mbourois est convoqué, pour la première fois, par Joseph Koto, le 2 juin 2012, au stade Léopold Sédar Senghor de Dakar, face au Libéria. Laissé sur le banc, il regarde les «Lions» s’imposer 3-1 devant la «Lone Star» lors de la première journée des Éliminatoires à la Coupe du monde 2014, avec des buts de Dame Ndoye, Ibrahima Baldé et Sadio Mané. Trois mois plus tard, il honore sa première cape à Abidjan, face à la Côte d’Ivoire (défaite 4-2), en aller du dernier tour des Éliminatoires de la Can 2013. A la 84e minute, il entre en jeu, à la place de Mohamed Diamé, pour ses six premières minutes sous le maillot de l’Equipe nationale. Depuis, Kara Mbodji est resté inamovible au cœur de la défense centrale des «Lions», formant la paire avec Cheikhou Kouyaté, Lamine Sané, Papy Djilobodji et aujourd’hui, Kalidou Koulibaly, son ancien coéquipier sous le maillot de Genk.

Forte tête

Instable à ses débuts avec la sélection sans poste fixe, tantôt en défense et parfois au milieu (en amical face au Niger, 1-1, le 14 novembre 12), Kara Mbodj parvient à trouver ses repères dans la «Tanière» à l’arrivée de Alain Giresse. Le Français l’installe dans la charnière centrale et fait de lui le patron de sa défense. Une marque de confiance qui finit par payer avec le premier de ses quatre buts marqués en sélection au Botswana, le 19 novembre 2014, lors de la 6e et dernière journée du groupe G des Éliminatoires de la Can 2015. Plus à l’aise au fil des sélections, il marque d’une tête rageuse le but de l’espoir à la phase finale, en Guinée-Équatoriale, face à l’Afrique du sud (1-1), dans le deuxième match de poule. Un geste qu’il réédite lors de la première journée de la Can 2017, en inscrivant le deuxième but des «Lions» face à la Tunisie. Et plus que par ses buts, ce sera davantage sur son impact dans les duels que Aliou Cissé comptera pour le quart de finale de samedi contre le Cameroun et certainement, pour une éventuelle suite de la compétition. Vivement !

 

KALIDOU KOULIBALY, le déménageur

Solide comme l’Everest. Depuis son arrivée en Equipe nationale, Kalidou Koulibaly s’affirme comme le pilier de la défense des «Lions». Discret mais efficace, le colosse a déjà mis tout le monde d’accord sur son rôle essentiel dans l’axe central, au côté de Kara Mbodj avec qui il a évolué au Racing Genk (Belgique). Revenu de blessure, après presqu’un mois à l’arrêt et pas à 100%, face à la Tunisie, pour son premier match de Can, il a rendu une copie propre contre le Zimbabwe. Véritable tour de contrôle du haut de son mètre 95 et ses 89kg, monstrueux dans les airs comme sur ses tacles autoritaires, KK impose le respect. A Naples, comme sous le maillot sénégalais, le natif de Saint-Dié s’est affirmé comme le patron de la défense par son autorité dans les duels et son caractère trempé.

Adulé par Maradona et Higuain

Dur sur l’homme, bon des deux pieds et rugueux sur ses interventions, celui que son ancien coéquipier apprécie pour sa capacité à «manger l’attaquant adverse» est déjà considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de la Série A. Plus qu’une considération, c’est une certitude pour la légende vivante de Naples, Diégo Maradona. «C’est un phénomène, le meilleur joueur de Série A», affirmait, le 27 avril 2016, le «dieu» argentin dans le journal Tutto Napoli. Mieux, il se fait photographier avec le maillot de l’international sénégalais et poste le cliché sur les réseaux sociaux. Un geste synonyme de la reconnaissance d’un joueur renvoyé du centre de formation du Fc Metz à 13 ans et qui a dû se forger un mental de fer pour percer et le réintégrer en 2010.

Performant avec son club italien où il est depuis 2014, le joueur révélé à Genk (Belgique) trône désormais sur le plus haut niveau et a été l’un des grands animateurs du dernier mercato d’été, avec l’intérêt de plusieurs clubs européens. Bayern Munich, Everton et surtout Chelsea ont fait des pieds et des mains pour l’attirer dans leurs filets. A un moment, il était même annoncé très proche de rejoindre les Blues où Antonio Conte qui l’a observé en Italie, avait fait de lui sa priorité en défense. Mais malgré les 58 millions d’Euros proposés par le club londonien, Naples a refusé de céder son défenseur qu’il a prolongé jusqu’en 2021. La preuve que le club dirigé par Aurelio de Laurentis place beaucoup d’espoir chez le Sénégalais.

13 sélections depuis ses débuts à Windhoek, le 5 septembre 2015

De l’avenir, son pays de naissance, la France en voyait aussi chez lui. Sélectionné à onze reprises chez les Espoirs français, Koulibaly dispute la Coupe du monde U-20 en 2011, avec une demi-finale perdue face au Portugal. Juste avant la publication de sa liste pour l’Euro 2016, Didier Deschamps affirme aussi sur le plateau du Canal Football Club le suivre, sauf que le sélectionneur français ne savait pas que c’était déjà trop tard. Dans le dilemme, tiraillé entre le Sénégal et la France, il fait le choix du coeur et opte finalement pour les «Lions» de la Téranga.

En août 2015, Aliou Cissé le convoque en Equipe nationale où il compte, à ce jour, 13 sélections. Le 5 septembre 2015, à 24 ans, 2 mois et 16 jours, Kalidou Koulibaly fait ses débuts avec les «Lions» qui s’imposent 2-0, à Windhoek, face à la Namibie, lors de la première journée des Éliminatoires de la Can 2017. Aligné dans l’axe avec Kara Mbodj, il livre un match démoniaque et s’impose comme le nouveau leader de la défense. Un statut qu’il confirme en apportant gros au parcours du Sénégal qui a réalisé le Grand Chelem (6 victoires en 6 matchs) dans ces qualifications pour le Gabon. Et depuis son arrivée à Franceville, pour sa première Can, il a déjà mis les attaquants dans sa poche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here