Présent en sélection nationale A depuis 2011, Idrissa Gana Guèye est aujourd’hui le plus ancien et le plus capé de la “Tanière”, parmi les joueurs en activité. Une régularité impressionnante pour le milieu de terrain d’Everton, infatigable récupérateur qui a encore sorti, ce dimanche face à Manchester United, une prestation de haute volée. De quoi relancer le débat sur son éventuel départ dans une formation plus huppée que l’autre club de la ville de Liverpool ? Lui n’en fait pas pour autant une fixation. A 29 ans, le métronome des “Lions” préfère prendre les choses comme elles viennent. Dans la première partie de cette interview exclusive qu’il nous a accordée juste après avoir mis Pogba et compagnie dans sa poche, il évoque avec nous son avenir à Everton à quelques semaines de l’ouverture du prochain mercato, mais également l’évolution de son jeu depuis qu’il a rejoint le championnat anglais.

Alors Idy, on en parle de votre prestation ce dimanche contre Manchester United… Même si vous n’avez pas obtenu le trophée de MOTM (Man of The Match, trophée récompensant le meilleur joueur, délivré à l’issue de chaque rencontre de Premier League), vous avez encore sorti une nouvelle masterclass face à une équipe du big six ! Ce sont des rencontres qui vous dopent ?

Non, pas particulièrement. Moi, je suis prêt à tous les matchs, même si c’est vrai que dans ce genre de rencontres, il faut répondre présent. On essaie à chaque fois avec notre équipe, de faire le maximum pour embêter ce genre d’adversaires et montrer que nous aussi, nous avons de la qualité pour les défier et de leur poser des problèmes. C’est ce qu’on a su faire hier (Ndlr : avant-hier, dimanche, 21 avril 2019. L’entretien a été réalisé hier, lundi).

Nous avons su gagner avec la manière. C’était important pour nous de continuer sur notre lancée (Ndlr : 4 victoires sur les 5 dernières rencontres), bien finir la saison et garder cette 7e place du championnat (Ndlr : Everton est égalité de points avec Watford, 8e et n’a qu’un point d’avance sur Leicester et Wolverhampton, respectivement 9e et 10e du classement). Après, c’est vrai qu’avec les grosses équipes, on est souvent très motivés, on arrive à leur poser des problèmes mais ça prouve qu’on a les qualités pour jouer dans le haut du tableau. Maintenant, il faut continuer comme ça jusqu’à la fin.

Les fans d’Everton vont peut-être mal le prendre, mais est-ce une façon pour vous de combler le manque de ces grands rendez-vous européens ? Cela semble être un gâchis que vous évoluiez à ce niveau sans disputer les grandes compétitions européennes, non ?

Non, ce n’est pas une question de manque… Personnellement, j’essaie juste d’aider mon équipe, peu importe l’équipe que j’affronte. Que ça soit une équipe du Top Five ou une équipe du bas du tableau, j’essaie toujours de jouer ma partition, de remplir mon rôle de joueur d’Everton. Je me contente d’aider mon équipe du mieux que possible pour bien finir la saison.

« J’AI TOUJOURS ÉTÉ À CE NIVEAU »

Avez-vous l’impression de jouer, en ce moment, le meilleur football de votre carrière ?

Disons que j’ai toujours été à ce niveau dans ma carrière. Après, c’est vrai que j’ai plus d’expérience aujourd’hui. J’ai plus de maturité depuis un certain temps. Les gens regardent un peu plus mes matchs, mais je pense avoir toujours été à ce niveau et que j’ai juste progressé au niveau de l’expérience, de la maturité.

Bientôt quatre ans depuis que vous avez rejoint l’Angleterre, en provenance du Losc, en France. Sur quels aspects estimez-vous avoir progressé ? Que vous a apporté le football anglais, principalement ? 

Je pense que, comme je l’ai dit, c’est au niveau de la maturité, que j’ai beaucoup progressé. Mais pour les autres aspects de mon jeu, que ça soit le physique, l’agressivité, j’ai toujours eu ça même avant de venir en Premier League. Ça caractérisait déjà mon jeu avant que je ne sois ici, même si j’essaie toujours de parfaire ces qualités, pendant tous les matchs. Le championnat d’Angleterre, c’est un championnat que j’aime bien, qui convient à mon jeu, donc j’essaie toujours de faire le maximum pour montrer qu’on peut toujours faire la différence avec ses propres qualités, quel que soit l’adversaire en face.

Vous récupérez un nombre incalculable de ballons à chaque match, mais au-delà des interceptions, vous semblez toujours peu porté vers l’offensive. Finalement, n’est-ce pas la palette qui manque à votre jeu ? On vous voit rarement tirer au but. Pourquoi ?

C’est vrai que tout le monde le dit, tout le monde voit qu’au niveau de mon jeu, j’ai ce qu’il faut pour aller davantage vers l’avant, mais il ne faut pas oublier qu’à la base, je suis milieu défensif et mon rôle, c’est d’abord de bien défendre, de bien sécuriser mon équipe. Après, s’il faut rajouter l’aspect offensif, ce ne serait qu’un plus pour moi mais ce qu’il ne faut pas oublier, comme je l’ai dit, c’est que je suis un joueur plus défensif qu’offensif. Maintenant, par rapport à mon jeu, les gens me disent que j’ai les qualités pour faire mieux offensivement, marquer plus de buts, j’essaie d’y travailler tous les jours et j’espère que ça viendra. On continuera le travail et on verra bien.

29 ans, pour beaucoup, c’est l’âge de la maturité dans le football. C’est aussi l’occasion de s’installer au sommet. Aujourd’hui, après trois saisons à Everton et plus de 100 matchs sous ce maillot, peut-on estimer que la page doit se tourner même si vous êtes sous contrat jusqu’en 2022 ?

Non, il n’y a pas de page qui se tourne. Comme vous l’avez dit, je suis toujours sous contrat avec Everton et je ne fais pas de calcul même si j’ai 29 ans. Pour moi, l’âge n’est pas ce qui compte dans ce domaine-là. J’essaie toujours de jouer mon football. Je ne parlerai pas de page qui se tourne parce que je suis toujours joueur de ce club et tant que je serai là, je ferai mon maximum pour ce maillot.

Mettons de côté les spéculations en période de mercato. A 29 ans, vous devrez sans doute faire l’un des choix les plus importants de votre carrière. Si vous devriez choisir entre rester en Angleterre, retourner en France ou aller découvrir un autre championnat, vers quoi pencheriez-vous et quels seraient les critères déterminants ?

Je pense qu’il n’y a pas de choix à faire pour le moment parce que je suis toujours à Everton et j’appartiens toujours à ce club. Donc cette question, je n’y pense même pas parce que pour moi, je suis encore à Everton et je continuerai de tout donner pour ce club. Après, on verra bien pour le mercato et ce qui se passera. Je n’ai pas de préférence pour les championnats, même j’aime bien si le championnat anglais. Pour le moment, je suis bien ici. Je suis très content là ou je suis. Voilà. Je ne mets pas la pression outre mesure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here