PARTAGER

La gestion défectueuse, sombre et nébuleuse de la Fédération sénégalaise de Football, est auréolée non seulement d’échecs et de revers, mais aussi de forfaitures. Une véritable mafia règne dans la structure footballistique du Sénégal. Sur l’équipement de l’équipe nationale, un contournement louche a été effectué loin des règles et des normes, alimentant des suspicions légitimes d’intentions douteuses. Aujourd’hui l’histoire et la réalité des faits confirment un autre échec de gestion de la FSF et le masque de Me Augustin Senghor tombe au grand jour.

La Fédération sénégalais de Football est mal gérée. Le clanisme y prévaut. Celui qui la dirige depuis des années sans aucun résultat, semble bien avoir à son profit un clan complice qui s’accommode de tout ce fait, dans la plus grande nébulosité et dans une opacité totale sans se soumettre à une obligation de résultats et de comptes rendus. Un audit de la structure s’impose. D’ailleurs, les amateurs et les observateurs se posent la question légitime sur la boulimie inassouvie de certains membres de la FSF et sur leur détermination à être toujours au cœur de la FSF en bénéficiant de dividendes, de rémunération et de primes, en se montrant prêts à tout pour en jouir.

L’une des illustrations est le choix unilatéral porté sur la firme émiratie Romai Sport, pour l’équipement de l’équipe nationale. La FSF constate aujourd’hui l’échec du contrat discrétionnairement et arbitrairement signé le 16 Novembre 2016. Rien du contrat n’a été respecté et l’équipe nationale s’est retrouvée dans une situation hideuse et honteuse. Cette image laide s’est confirmée à Londres et à Paris où l’équipe nationale s’est retrouvée du 20 au 28 mars 2017 avec des équipements de fortune qui agacent et rendent indignes.

Une équipe nationale méprisée

La spirale d’échecs de l’équipe nationale et les revers qui résultent de pratiques unilatérales, ambiguës et louches, sont la preuve d’une méprise totale de la communauté footballistique nationale. Me Augustin Senghor a porté son choix sur une firme qui n’a pas hésité à livrer à l’équipe nationale un matériel de qualités calamiteuse, qui n’est que l’expression d’un manque de respect au flambeau national du Sénégal. Les conséquences doivent en être plus que jamais tirées et les responsabilités situées. Aucun engagement signé avec cette firme bien avant la CAN 2017 n’a été respecté et aucun acte sérieux n’a été posé pour le respect du contrat et de l’équipe nationale.

A la CAN, les joueurs de l’équipe nationale ont eu le cœur meurtri de constater que la taille de leur maillot n’était pas conforme et le matériel n’était pas suffisant. Cette forfaiture causée par Me Augustin Senghor a lourdement pesée sur le moral des joueurs avec des résultats désobligeants.

Mais la responsabilité exclusive est endossée par Augustin Senghor lui-même. Le matériel fourni est identique, voire pire au matériel vendu aux enchères dans les marchés de Colobane et ailleurs. Pris dans son propre piège, Augustin Senghor voit son masque tomber avec une équipe nationale qui se retrouve sans équipementier à cause d’une fourberie qui se retourne contre son propre auteur. L’échec est vilain et toute la FSF devrait être honnête et en tirer les conséquences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here