Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), doit briguer un nouveau mandat à la tête de l’instance dirigeante du football national, estime l’ancien sélectionneur du Sénégal, Amara Traoré.

‘’Puisqu’aucun texte ne lui interdit d’être candidat, il doit y aller’’, a dit Traoré, répondant à une question sur une éventuelle nouvelle candidature de M. Senghor, sur une plateforme baptisée ‘’Foot local’’ sur le réseau social WhatsApp.

L’ancien sélectionneur national du Sénégal (2009-2012) estime que l’actuel président de la FSF est dans une phase de ‘’pleine maturation’’, concernant la gestion du football national.

’Augustin Senghor et son équipe ont fait du bon travail même s’il reste beaucoup à faire. Ma conviction profonde, c’est qu’il doit poursuivre ce travail’’, a argué Traoré, président de la Linguère de Saint-Louis (Ligue 2).

Elu président de la FSF en 2009, Augustin Senghor a été réélu en 2013 et en 2017.

S’il ne veut pas briguer un nouveau mandat, les dirigeants du football national doivent l’inciter à le faire, a insisté l’ancien sélectionneur national.

Selon Amara Traoré, le football sénégalais est en même temps sur ‘’une courbe ascendante’’ et dans un ‘’équilibre fragile’’, une raison pour laquelle Augustin Senghor doit poursuivre le travail qu’il a entamé.

‘’C’est vrai que nul n’est indispensable. Je pense que c’est prématuré qu’il quitte son poste, même s’il en avait manifesté le désir’’, a commenté Traoré.

Il dit être ‘’prêt’’ à faire voter une motion de soutien pour une nouvelle candidature de M. Senghor à la présidence de la FSF en 2021.

‘’Au Sénégal, on doit se méfier de la logique ‘Ôte-toi de là que je m’y mette’’’, a affirmé Amara Traoré, tout en estimant que la Fédération sénégalaise de football a intérêt à ‘’injecter du sang neuf’’ dans son organigramme.

Pour l’ancien attaquant des Lions du Sénégal, les qualifications régulières des sélections A et des jeunes aux compétitions continentales et mondiales, les subventions versées aux clubs et la construction des centres de développement de Toubab Dialaw et de Guéréo sont le fruit du travail d’Augustin Senghor.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here