Awa Diakhaté, la meneuse de jeu de l’équipe féminine du Sénégal qui prend part à la CAN 2022 qui se déroule actuellement au Maroc, a dit avoir dû batailler longtemps pour faire accepter à ses parents son choix de jouer au football.

“Ce n’était pas évident, notre père est imam dans notre quartier à Richard-Toll et le terrain que nous utilisons pour jouer au football faisait face à la mosquée, vous pouvez donc imaginer sa gêne en voyant sa fille courir derrière un ballon avec des garçons”, a déclaré le numéro 10 des Lionnes.

Auteure du premier but sénégalais en phase finale de la Coupe d’Afrique des nations contre l’Ouganda, dimanche, Awa Diakhaté est pourtant née dans une famille où tout le monde joue au football.

“Mes frères et ma sœur (Bineta) jouent au football, et ma sœur continue de vivre de sa passion en France”, a renseigné l’ancienne joueuse de Dakar Sacré-Cœur.

Diakhaté a dû persévérer de la même manière pour convaincre sa mère de la laisser jouer au football.

“Quand elle allait dans des manifestations, elle recevait des remarques désobligeantes, on l’interrogeait sur ce que faisait sa fille dans ce sport d’homme. Je comprenais sa gêne et son refus de nous voir jouer au football”, a dit la joueuse.

“C’était difficile pour eux, parce que pour le commun des Sénégalais notamment loin des villes, une femme doit exceller plutôt dans les travaux ménagers”, note la footballeuse, qui a quitté Le Puy (Haute-Loire) en juin dernier, son premier club en France, pour signer à Marseille.

Mais à force d’insister, ses parents ont fini par comprendre que le football est la passion de leurs enfants et ont cédé.

Coïncidence heureuse, au même moment, “ma sœur aînée Bineta avait commencé à sortir de bonnes performances et à aller en sélection”, a-t-elle rappelé.

“J’ai passé de mauvais moments, j’ai été battue et j’ai reçu même des coups de pilon”, a-t-elle fait savoir, soulignant que la réussite de sa sœur a peut-être créé le déclic auprès de ses parents.

Bineta Diakhaté, sœur aînée d’Awa Diakhaté, qui a été meilleure buteuse du championnat national avec 30 buts en 2015 et 2016, a évolué dans l’équipe du lycée Ameth Fall de Saint-Louis, avant d’être transférée en France, au FC Metz dans un premier temps.

Awa Diakhaté, de son côté, vient de signer en faveur de l’équipe féminine de l’Olympique de Marseille, en provenance du Puy-en-Velay où elle avait atterri après avoir joué plusieurs saisons au Sénégal.

SOURCEAps
Previous articleCAN féminine 2022- Le Sénégal bat le Burkina Faso et file en quart de finale
Next articleMame Moussa Cissé : « Viser les demi-finales ? Plus on joue, plus on a de l’appétit ! »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here