PARTAGER

Contrairement à bon nombre de jeunes qui sont passés par le centre de formation, Mamadou Coulibaly a procédé autrement pour se faire sa place dans sa nouvelle équipe. Le jeune homme a vécu un véritable périple : après avoir pris le bus de Dakar jusqu’au Maroc, il embarque dans un bateau rempli de migrants. Sans argent et la peur au ventre, il parvient tant bien que mal à rejoindre un port italien après deux jours de trajets.

J’ai tout risqué pour le football. J’ai pris un bus de Dakar jusqu’au Maroc, mais je n’avais pas d’argent pour prendre le bateau donc je dormais dans le port. Au Maroc, un homme m’a demandé pourquoi je dormais dans la rue. Je lui ai dit que je voulais aller en Europe. L’homme est revenu quelques jours aprés il travaillait sur un petit bateau qui allait en France et il m’a laissé monter. Il y’avait 20 personnes que je ne connaissais pas sur le bateau. Mon rêve était de jouer au foot, je ne connaissais pas la leur. Seul mon meilleur ami savait, mes parents pensaient que j’étais à l’école, ils m’ont cru mort. Pendant 4 mois j’ai pas appelé. Je ne sais pas nagé, donc si le bateau se renversait c’était fini. Nous n’étions pas pauvres. Mes parents sont professeurs mais ils n’approuvaient pas mon choix de jouer au foot. Arrivé en Italie, mon pire moment, un homme m’a fait venir à Livorno pour me présenter à des équipes et un matin, il a disparu. Je ne parlais pas Italien, je n’avais pas d’argent et je ne connaissais personne. Des gens m’ont vu jouer sur la plage et m’ont organisé un test à Livorno. Le club me voulait mais je n’avais pas de papiers. J’ai donc quitté LIvorno pour atterrir à Rome. Là-bas je dormais dans la rue, parfois, il y’avait des jours où je mangeais un sandwich. On m’a dit qu’il y’avait beaucoup de sénégalais à Pescara, donc de Rome j’ai pris le train sans billets. Mais je me suis trompé et je suis descendu à Roseto, je dormais au centre sportif, les carabiniers m’ont trouvé et placé en foyer.” confie Mamadou Coulibaly.

Aprés cet aventure, le sénégalais s’est trouvé une place au niveau de Prescara et disputé son deuxiéme match en tant que titulaire en Serie A face au Milan AC ce week end.

Mon père a vu le match de dimanche à la TV, on se parle tous les jours maintenant, il est heureux et m’a demandé pardon. Je n’ai pas vu mes parents depuis 2 ans, ma mère me manque, elle a pleuré car elle ne croyait pas que j’étais encore en vie. Le match contre Milan m’a montré que je pouvais jouer à ce niveau là.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here