PARTAGER

20 mai 2017. Une date que les supporters du Stade Rennais ont depuis longtemps cochée sur leur agenda. Non pas pour fêter l’éventuel titre de champion de France de l’AS Monaco, visiteuse au Roazhon Park lors de la dernière journée de Ligue 1, mais pour dire adieu à un monument du club rouge et noir.

D’intérimaire à titulaire ?

Dans un peu moins d’un mois, Benoît Costil devrait effectivement disputer son 255e et ultime match sous les couleurs bretilliennes. Si le conditionnel est encore de rigueur, il ne fait guère de doute que l’international français (en fin de contrat au SRFC) va migrer vers d’autres cieux, que ce soit aux Girondins de Bordeaux ou ailleurs.

« Benoît Costil n’est pas encore parti, prévient cependant Fabrice Pinel, fondateur du site “ROUGE Mémoire”. Mais le cas échéant, le Stade Rennais ne trouverait pas d’équivalent. Il faut donc miser sur la progression, l’essence même de la formation. Ça tombe bien, Abdoulaye Diallo a le profil. En plus, il avait assuré un excellent intérim en 2015-2016. »

Itandje > Diallo

Le gardien de la sélection du Sénégal (25 ans), actuellement prêté sans option d’achat au Çaykur Rizespor (Süper Lig turque), avait ainsi suppléé Costil, blessé au genou, durant huit rencontres consécutives – sept en championnat, une en Coupe de la Ligue. Insuffisant toutefois pour espérer rester n°1 chez les Lions de la Téranga, d’où l’idée d’aller chercher du temps de jeu sur les rives de la mer Noire. Du coup, comment se comporte Diallo en Turquie ?

Plutôt mal, à écouter le journaliste local Sertaç Küçükelçi (Goal.com). « Abdoulaye a joué 19 matchs de Süper Lig cette saison [sur 28 possibles jusqu’à présent] et n’a réalisé qu’un seul clean sheet [1-0 contre Akhisar Belediyespor, le 11 septembre 2016]. Ces dernières semaines, il a perdu sa place de titulaire au profit de Gökhan Akkan. Certes, il faut bien considérer la situation de l’équipe, qui est relégable, mais je ne pense pas que Diallo soit une bonne alternative à Benoît Costil. Son prédécesseur à Rizespor, Charles Itandje, avait mieux marché que lui. »

Turnover dans les cages

Également joint par 20 Minutes, l’ancien latéral gauche du FC Nantes Olivier Veigneau, aujourd’hui rendu au Kasimpasa SK (basé à Istanbul), corrobore les difficultés de la formation jadis dirigée par Safet Sušić. Et nuance déjà le tableau à propos de son adversaire.

« Collectivement, c’est délicat pour eux, ils se battent pour rester en première division depuis un petit bout de temps. L’entraîneur a fait tourner au niveau des gardiens, et sur les derniers matchs que j’ai vus, Diallo n’était pas aligné. Par exemple, il n’a pas joué contre nous en quart de finale retour de la Coupe de Turquie, le 5 avril. C’est peut-être parce qu’il est justement prêté que leur coach préfère mettre un autre gardien. »

D’abord Rennes, ensuite les autres

Une version que nous confirme l’ex-portier choletais Fabien Piveteau, devenu l’agent d’Abdoulaye Diallo. « Il y avait un accord entre lui et le club. Sauf miracle, l’équipe est condamnée [Rizespor n’est pourtant qu’à trois points du premier non relégable, Kayserispor, à six journées de la fin], et en cas de descente, il était prévu de solliciter quelqu’un qui puisse jouer l’année prochaine. Ceci étant, Rize était prêt à garder Abdoulaye, auteur d’une bonne saison. Ils voulaient déjà qu’on entre en contact avec Rennes pour ce faire, mais on n’est pas partis sur cette voie-là. »

L’ambition et la priorité du principal intéressé, brillant durant la Coupe d’Afrique des nations 2017 mais au chômage technique depuis le 19 mars (!), demeurent en effet intactes : s’imposer dans son club formateur, avec lequel il est sous contrat jusqu’en juin 2019. « Ça va être vite vu avec le Stade Rennais, sachant qu’Abdoulaye a reçu des offres de clubs turcs supérieurs à Rize, révèle Piveteau. Une fois le départ de Costil officialisé, soit Rennes prend la décision de rapatrier Abdoulaye, pour ensuite le mettre comme titulaire ou en concurrence avec Raïs M’Bolhi ; soit ils ne comptent pas sur lui, et à ce moment-là, il reste en Turquie ou va dans un autre championnat. Ce ne sera pas très compliqué de lui trouver une équipe. »

Diallo > Costil

En attendant, Fabrice Pinel a lancé un sondage à destination de ses followers, mardi, pour tenter de connaître « le gardien numéro 1 du SRFC en 2017-2018 ». S’il s’est logiquement gardé d’y participer, notre interlocuteur ne se prive d’avancer plusieurs arguments en faveur du Franco-Sénégalais. « Le projet Gourcuff repose sur la formation, et Abdoulaye Diallo est certainement le meilleur gardien de but formé au club depuis Pierrick Hiard. Il est international et a notamment disputé une phase finale de CAN. Si on prend en compte la marge de progression, Diallo est supérieur à Benoît Costil au même âge.

Il n’est plus le jeune gardien dont on attend l’éclosion, puisqu’à 25 ans, il compte 15 matchs avec les Rouge et Noir [dont un en Europa League], une saison et demie de Ligue 2 avec Le Havre, et donc un prêt formateur en Turquie. Au pire, Rennes dispose d’une solution d’expérience en la personne de M’Bolhi, dans le cas où l’option Diallo viendrait à décevoir. Le gardien du Sénégal ou celui de l’Algérie : un souci de riches à ce poste… » Et au moins un secteur pour lequel François Pinault n’aura pas à mettre la main à la poche (lol).

20Minutes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here