Le Sénégal a fait le boulot en s’imposant dans ses deux premiers matchs des éliminatoires pour le Mondial 2022 au Qatar. Dans une poule extrêmement abordable, personne ne peut s’attendre à moins de la part de cet effectif du Sénégal, tant que la concentration et l’application des joueurs est présente. L’équipe regorge de joueurs de talent que toute l’Afrique nous envie et donc naturellement nous sommes attendus au tournant (encore une fois) c’est-à-dire à la CAN et aux barrages pour le Mondial en Mars 2022 où nous auront à faire face aux cadors du continent. Sans nous attarder sur les problèmes évidents constaté lors de ces deux matchs (Mané dans l’axe du milieu, ou encore Pape Matar Sarr comme excentré droit, par exemple) il faut d’abord souligner la philosophie du staff technique qui semble être d’aligner l’équipe qu’ils jugent être la meilleure possible dépendamment du type de match et de l’adversaire, plutôt que de mettre en place une équipe claire et nette, la meilleure pour le Sénégal et ses joueurs, et non pour battre l’adversaire du jour. Pour battre les grosses équipes dans les matchs couperets, peut-être est-il temps de cimenter une équipe en ayant en perspective les grosses échéances qui nous attendent plutôt que d’avancer match part match, en accordant plus d’importance que nécessaire aux petites équipes.

Hormis cela, nous constatons un RÉEL progrès dans l’animation offensive depuis la fin de la dernière saison. Lors de ses quatre derniers matchs, le Sénégal a inscrit 10 buts, (une première depuis l’arrivée d’Aliou Cissé sur le banc en 2015), en commençant par les 5 buts inscrits au total face à la Zambie et au Cap Vert, grace notamment aux repositionnements respectifs de Krepin Diatta et d’Ismaïla Sarr, longtemps prôné dans des articles précédents (Amélioration de l’animation offensive des Lions : l’objectif des éliminatoires) (https://www.dakaractu.com/Senegal-Guinee-Bissau-Les-enseignements_a195998.html). Dans cet article, nous allons nous attarder sur l’animation défensive (défense + liant entre défense et milieu).

Axe centrale Koulibaly-Diallo :

Il est vrai que l’arrivée d’Abdou Diallo a apporté une touche de sérénité supplémentaire à la défense sénégalaise, mais le repositionnement de Koulibaly comme défenseur central droit pose un problème qui n’a jusqu’ici pas été soulevé. Le Sénégal d’aujourd’hui n’est plus une équipe en reconstruction et certaines institutions doivent rester en place. Durant pratiquement toute sa carrière, Koulibaly a évolué comme défenseur central gauche, même s’il est droitier (mais peut presque être considéré comme ambidextre, au point de faire croire à nombreux suiveurs des Lions qu’il est gaucher). Mais comment le capitaine des Lions, pilier de la défense, peut se faire bouger de son poste, et pour accommoder un nouvel arrivant de surcroît ? L’axe central est la base de toute équipe, et dans toute équipe considérée comme outsider ou favorite, c’est la défense qui permet de gagner les tournois et non l’attaque. Koulibaly comme défenseur central gauche a toujours fonctionné et donc n’a pas lieu d’être changé, sauf catastrophe. D’autre part, Cheikhou Kouyaté est un cadre de l’équipe, et joue non seulement officiellement comme défenseur central en club désormais, mais était titulaire dans l’axe à la CAN après la blessure de Sané. Il aurait donc dû être placé comme axe droit (en l’absence d’Ousseynou Ba), avec Koulibaly comme axe gauche. Face au Maroc en Octobre 2020, Sané a été titularisé dans l’axe et Kouyaté jouait comme sentinelle. Un mois après face à la Guinée-Bissau il est aligné en défense centrale et Sané est avancé en sentinelle. Pape Alioune Ndiaye était sur la pelouse ce jour-là, mais jouait comme milieu central gauche, alors qu’à la CAN il jouait comme sentinelle. Que ces choix convolutés soient des symptômes de tâtonnement ou pas, il est quand même temps de voir de la constance et de l’uniformité dans le choix et le positionnement des hommes si on veut avoir une équipe compétitive face aux équipes qui nous tiennent tête.

Mettre fin au double pivot Kouyaté – Gana Gueye.

Le concept de Kouyaté dans le milieu de terrain du Sénégal est arrivé à son terme, même s’il reste un cadre essentiel, capable d’être titularisé en défense central comme à Crystal Palace, et crucial pour la vie du groupe en générale. Cependant, Gana Gueye reste indiscutable au milieu de terrain et a donné énormément de satisfactions sur ces deux matchs, à l’image de son excellent début de saison. Aujourd’hui Gana est le meilleur milieu de l’équipe et doit être la première source de relance balle au pied pour la défense lors des sorties de balles. La présence de Kouyaté au milieu l’empêchait d’être constamment cette source de relance. Gana continue de démontrer son excellente vision de jeu et sa capacité d’exécuter des passes longues de qualité. Mais, on oublie que l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur Gana qu’on ait vu en sélection, c’était lors de la CAN 2017 lorsqu’il jouait comme regista du milieu de terrain (Deep-lying playmaker) devant la défense, en position axiale (à l’époque où Kouyaté était excellent comme milieu central devant lui, se projetant vers l’avant comme à West Ham). Lorsqu’on opte pour le 4-3-3 comme face au Togo, il faudrait songer à remettre Gana comme pointe basse du milieu, surtout étant donné son âge actuel, non pas pour jouer uniquement comme sentinelle et le cantonner à un rôle défensif, mais pour faciliter les sorties de balles et permettre à l’équipe d’attaquer encore mieux puisqu’il verra tout le terrain d’une position axiale et pourra distiller des ballons tranchants vers l’avant. Comme l’a courageusement fait Ancellotti au Milan, décidant de faire passer Pirlo du poste de numéro 10 à celui de holding midfielder (malgré le fait qu’on l’ait traité de fou) parfois il faut reculer pour mieux avancer.

Le flanc gauche attend Abdou Diallo.

Abdou Diallo est un excellent défenseur et a démontré tout son potentiel depuis sa première sélection au point de devenir indéboulonnable. Mais depuis l’accident de Pape Ndiaye Souaré, le Sénégal souffre pour trouver un joueur capable d’être titularisé à ce poste régulièrement, constamment et dans la durée. Sabaly a été la solution, mais est maintenant devenu le latéral droit titulaire. Il faudrait sérieusement considérer donner une chance à Abdou Diallo à ce poste, étant donné sa vitesse, sa technique, son intelligence de jeu, et sa capacité de centre. Ceci car il faudrait avoir en ligne de mire la CAN et le Mondial également. Des joueurs comme Saliou Ciss ont eu leur chance, depuis la CAN 2017, et à presque 32 ans (peut-être plus?) il est temps de passer le flambeau. Ce n’est pas pour rien que Diallo évolue à ce poste au PSG lorsqu’il est titularisé, l’un des plus grands clubs du monde, si ce n’est le plus grand club aujourd’hui. Comme un Lucas Hernandez en équipe de France, choix longtemps décrié de Didier Deschamps alors qu’il a d’autres options comme arrière gauche (Digne, Mendy, etc.), Diallo pourrait apporter un excellent équilibre défensif et offensif à ce poste. Le confort de l’axe central lui sera peut-être accordé dans le futur, mais pour l’instant il serait intéressant de voir ce qu’il pourrait apporter cantonné sur un flanc.

Abdoulaye SARR

Asarr97@gmail.com

https://twitter.com/abdoulayesarr97

Article précédentSochaux – Ousseynou Thioune : « Cette année, je vois une équipe soudée et plus expérimentée »
Article suivantBallon d’Or mondial : Quelle chance pour Édouard Mendy ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here