PARTAGER

L’attaquant international sénégalais évoluant à Montpellier (France), Souleymane Camara, a déclaré qu’il était condamné à réussir au football pour aider sa famille qui vivait dans des conditions modestes.

“Je suis issu d’une famille très modeste et je devais réussir pour l’aider à sortir de cette situation”, a expliqué l’attaquant âgé de 34 ans, actuellement en vacances au Sénégal.

Une fois que “l’opportunité de faire des essais à l’AS Monaco s’est présentée, je me disais que la seule alternative valable était la réussite parce qu’il fallait réussir pour tendre la perche et améliorer les conditions de vie de ma famille”, a-t-il fait savoir.

“Une fois à Monaco, tout ce qui pouvait m’aider à atteindre mon objectif était mis en avant, et tous les facteurs de blocage étaient écartés”, a souligné Souleymane Camara, relevant avoir par exemple pris la décision de se marier très tôt.

“Pour mon équilibre, il n’était pas question de courir les filles et il me fallait me marier. Je l’ai fait en 2002 (à l’âge de 20 ans)”, a-t-il rappelé. Une manière, selon lui, de mettre de côté les mondanités.

Il dit qu’il lui est arrivé d’aller en boite de nuit, mais peut malgré tout “compter sur les doigts d’une main” le nombre de fois où il est allé “voir des concerts de Youssou Ndour en famille en France”.

De toutes les façons, “c’était il y a plusieurs années”, a souligné l’attaquant sénégalais de Montpellier, estimant que “c’était parfois important de s’aérer l’esprit”.

“L’objectif, c’est de faire en sorte d’être chaque matin frais et disponible pour faire une bonne séance d’entraînement et le week-end d’être utile à mon club”, si l’on sait que “dans le monde professionnel, signale-t-il, il n’y a pas de place pour les sentiments”

“Les clubs ont besoin de résultats et des joueurs capables de leur en donner”, a fait observer celui qui, à 34 ans, vient de prolonger d’une année son contrat avec Montpellier.

“Je suis toujours prêt physiquement, al hamdoulilahi, et je ne suis pas saturé de football”, a-t-il dit, relevant ne pas encore savoir quand raccrocher.

“Tant que je me sentirais bien physiquement, je vais continuer à jouer”, a assuré Souleymane Camara, qui se voit bien continuer dans le monde du football à la fin de sa carrière.

“Mais seul Dieu le sait”, temporise Camara, qui avait laissé tomber les études pour se consacrer à son hobby, le football, devenu son gagne-pain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here