L’équipe de la SONACOS qui devrait servir de tremplin aux jeunes joueurs talentueux de Diourbel pour accéder au graal du football national est loin de répondre à leurs  attentes. A l’arrivée, c’est un rêve brisé pour beaucoup d’entre eux, un véritable cauchemar aussi bien pour les garçons que pour les filles. Ces dernières qui se sont beaucoup battues pour que l’équipe accède à l’élite crient leur désespoir. Enthousiastes au début, ces férus du ballon rond ont vite déchantés.

 

La SONACOS réaménage à kaolack. C’est une déception, la chose la mieux partagée pour les supporters de cette équipe de football qui non contents de ne pouvoir rallier la capitale du Saloum pour regarder les matchs, avaient espéré aller suivre les entraînements. Un manque de considération, une promesse non tenue et non respectée par les dirigeants qui, lors de la présentation du nouveau staff et des joueurs allaient calmer partout que l’équipe va s’entrainer à Diourbel et aller jouer à kaolack. A l’interrogation des journalistes sur la difficulté de récupération des joueurs, les dirigeants avaient botté en touche. Un mois après, l’équipe a démangé complètement à kaolack et cela en dépit des assurances du président Oumar Samb.

Ce président et l’entraîneur Moustapha Seck sont présentement au banc des accusés. Il leur est reproché d’avoir privilégié Thiés et Dakar pour la préparation hivernale. Cette somme conséquente disent leurs pourfendeurs pouvait être dépensé et profiter aux diourbellois, ou bien à défaut représenter une contribution à la réfection du stade Ely Manel Fall. D’ailleurs, des sources renseignent que c’est après qu’il leur a été demandé de contribuer à hauteur de «  5000F chaque jour pour l’entretien du stade », qu’ils ont préféré retrouver Kaolack avec un prétexte fallacieux  « Un défaut de terrain pour s’entrainer ». Ils ont préféré enrichir les autres car, une somme très conséquente aurait été dépensée pendant cette période. Selon des sources, c’est plus dix million de nos francs CFA qui ont été dépensés durant cette période hivernale.

 

 

L’heure est grave. La sonacos a un budget plus quatre vingt (80) millions de F et à ce jour, on ne voit pas un appui qu’elle a fait à l’endroit du football de Diourbel. Le plus scandaleux et à la limite inadmissible, c’est le cas de l’équipe féminine. Les joueuses qui se sont battues comme des lionnes pour accéder en division 1, n’ont à ce jour, reçu aucune prime, aucune motivation. Sous le couvert du voile, certaines crient leur amertume« Nous sommes prêtes à faire année blanche pour cette saison. Parce que nous n’avons rien vu par rapport aux engagements que les dirigeants nous avaient promis ».

Il est bon de savoir que depuis maintenant quatre années, la SONACOS est une habituée des descentes en division inférieure. Le président au lieu de faire son mea-culpa, refuse de rendre le tablier et s’arc-boute, accentuant ainsi la descente aux enfers de la SONACOS.

 

 

La parole au président Oumar Samb : Pour l’équipe féminine, c’est un groupe qui a été désigné

L’équipe ne s’est jamais s’entrainé cette saison au niveau du stade. La préparation hivernale a couté  à la SONACOS un montant allant de 10 à 12 millions de francs. Sur l’accusation qui consiste à dire que des joueurs diourbellois ne figurent dans l’équipe, Oumar samb nie « On a recruté 3 diourbellois dans l’équipe. Et j’estime qu’ils font partir des meilleurs.».

S’agissant de l’équipe féminine,  Omar Samb répond « Il ya un groupe qui a été désigné pour gérer ça. Mais quand aux motivations et primes, c’est à la direction du club de juger ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here