PARTAGER

Absent des quarts de finale de la CAN depuis 2006, le Sénégal mettra fin à la malédiction s’il s’impose ce jeudi (19h00 GMT) face au Zimbabwe pour le compte de la 2ème journée de la poule B. 

Pour cette 31ème édition de la CAN, les Lions pourraient appeler leur mission : opération briser les malédictions. Celle qui tient le plus à cœur les supporters est sans doute les défaites systématiques contre l’Algérie, adversaire du Sénégal à la dernière journée des poules. Les Lions ont toujours rebroussé chemin lorsqu’ils ont croisé les Fennecs à la CAN. Avant d’essayer de vaincre ce signe indien, le Sénégal a, dimanche dernier, réglé leur compte aux Aigles de Carthage qu’ils n’avaient jamais réussis à déplumer dans cette compétition. Dans la souffrance, certes, mais l’essentiel a été la gagne. Car ce succès permet aux Sénégalais de s’attaquer à une autre malédiction qui les poursuit depuis le Mali en 2002. Depuis les succès successives devant la RD Congo (2-0) et le Nigeria (2-1) en quarts et demies de l’épopée malienne, les Sénégalais n’ont plus enchaîné deux victoires de rang en phase finale de CAN. Pour vaincre ce signe indien, il faudra obligatoirement dominer, ce jeudi soir à Franceville, le Zimbabwe.

Et comme un effet de domino, cela briserait un autre sort : celui des éliminations au 1er tour depuis la CAN 2006. Car empocher les trois points ce soir serait synonyme de qualification en quarts, quel que soit le résultat de la rencontre entre Aigles de Carthage et Fennecs. Même si se farcir de braves Warriors ne doit pas être une sinécure pour des Lions affamés, le combat est loin d’être remporté d’avance par Aliou Cissé et sa troupe. Il faudra être au moins aussi réaliste que durant la première mi-temps de dimanche dernier. Le milieu de terrain devra perdre moins de ballons et se montrer plus agressif. Il faudra être moins fébrile sur le plan défensif. Et surtout, Abdoulaye Diallo devra garder sa baraka. Parce qu’en face, les attaquants zimbabwéens pourraient être moins maladroits que Msakni et Akaichi. Ils ont donné du fil à retordre à l’arrière-garde algérienne. Ils ont surtout réussi à marquer deux fois. Après avoir accroché les champions d’Afrique, tenu en échec les Lions indomptables et neutralisé l’équipe du  BALLON d’Or 2016, pourront-ils inquiéter le numéro 1 africain au classement FIFA ? C’est sans conteste l’objectif du sélectionneur des Warriors, Kalisto Pasuwa qui maintient que son équipe est favorite de la rencontre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here