PARTAGER

Ancien sélectionneur du Congo, Pierre Lechantre a affronté l’Ouganda en novembre dernier, en qualifications pour la Coupe du monde (0-1). Il ne le savait pas encore, mais cette défaite à Kampala, au cœur de l’automne, a scellé son sort sur le banc de touche des Diables Rouges du Congo. Quelques mois plus tard, pierre Lechantre, qui espère toujours retrouver un banc, se souvient de cette équipe ougandaise que le Sénégal affrontera en match amical le 5 juin prochain à Dakar, avant la réception de la guinée Equatoriale en qualifications pour la CAN 2019.

«C’est une formation que nous avons affrontée chez elle, sur une pelouse en très mauvais été, et ce qui m’avait frappé, c’est la facilité avec laquelle les Ougandais s’adaptent à cette surface. Ce n’est pas une équipe facile à jouer. Elle est physique, ce qui lui permet de rapidement se replacer, et d’effectuer un bon pressing. Le ballon circule relativement et techniquement, c’est d’un niveau assez correct», ex- plique Lechantre, pour qui deux individualités se détachent.

«Le gardien Denis Onyango et l’attaquant Faruk Miya. Les autres joueurs ont moins brillants, mais l’ensemble est relativement solide. C’est une équipe qui prend peu de buts, comme on l’a vu à la CAN, et qui n’en marque pas beaucoup non plus. L’Ouganda  st capable d’apporter beaucoup de densité au mi- lieu. Elle peut jouer avec trois ou cinq défenseurs.»

La formation n’est évidemment pas infaillible, aux yeux de Lechantre. «Le niveau est correct, pas exceptionnel. C’est solide, mais pas toujours très spectaculaire. Elle peut gêner n’importe qui, mais une bonne équipe comme le Sénégal doit pouvoir trouver des solutions. Le Sénégal dispose d’individualités que l’Ouganda n’a pas. Disons que c’est une équipe dont il faut se méfier…»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here