Des membres du comité directeur de l’Asac Ndiambour de Louga ont signé une pétition pour exiger la tenue d’une assemblée générale pour cause de «fin de mandat» des instances actuelles. Argument que rejette le secrétaire général du club selon qui le mandat en cours est légal.

L’Asac Ndiambour de Louga traverse, depuis quelques temps, de vives querelles entre dirigeants et responsables sur la légalité des instances actuelles du club. Cette situation a conduit à la signature d’une pétition de membres du comité directeur du club qui réclament la tenue d’une assemblée générale pour renouveler les instances. «Après trois années de gestion cavalière, de tâtonnement et de gaspillage du club par un groupe, après des années d’échec coïncidant avec la fin de leur mandat, ce groupe a commencé à poser des actes et ce, au mépris de tous ceux qui aiment le club», lit-on sur la pétition.

Le prétexte «d’exiger» la tenue d’une assemblée générale tient au fait que, selon les pétitionnaires, l’ancien président Gaston Mbengue, élu le 20 septembre 2016, avait cédé son mandat à l’actuel président Moustapha Diop qui aurait bouclé les trois années restantes du mandat légal. De l’avis d’un des signataires du document, Mor Fanta Thiam, membre du comité directeur, «les membres du bureau ont été élus pour quatre ans et leur mandat a expiré cette année». Il a ajouté que «le Ndiambour n’a connu qu’une gestion et des résultats catastrophiques. C’est pourquoi nous exigeons la tenue d’une assemblée générale pour faire le bilan, renouveler les instances et poser des actes allant dans le sens de relancer notre club qui ne joue que les seconds rôles dans le championnat sénégalais».

Mais ces arguments sont battus en brèche par le secrétaire général du club, El Hadji Ndiamé Ndiaye. Selon lui, «logiquement et en termes de légalité, le mandat actuel du bureau court jusqu’en 2021». Et il se fonde sur le fait que «l’actuel président a été élu en 2017 après la démission de Gaston Mbengue». Aussi a-t-il rappelé : « championnat a été arrêté définitivement par le Comité exécutif de la Fédération sénégalaise de football. Il n’y a eu ni relégation ni montée en division supérieure». Donc «pour ces deux raisons, le bureau actuel est dans la légalité parfaite», a-t-il conclu.

Toutefois, a clarifié M. Ndiaye, «les membres du comité directeur sont très peu nombreux à répondre aux réunions convoquées et peu d’entre eux sacrifient aux cotisations. Je pense, dès lors, que l’idéal serait de convoquer une réunion élargie, de faire des concertations au terme desquelles des propositions de solutions sortiraient pour faire fonctionner normalement les instances du club». Pour le secrétaire général de l’Association sportive, artistique et culturelle le Ndiambour, les contreperformances sont à chercher sans doute dans le déficit de concertation. Car «toutes les conditions matérielles et financières sont mises en place par l’actuel président».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here