PARTAGER

Le sacre des Lions du beach soccer lors de la Can au Nigeria a remis sur la table le débat sur l’inégalité des récompenses attribuées aux équipes nationales ou athlètes sénégalais sacrés champions d’Afrique. Si tout le monde ne peut pas bénéficier d’un appartement, à l’image des Lionnes du basket, d’autres champions d’Afrique estiment être «oubliés» par les autorités, en particulier le président de la République. Peut-être que les Lions du beach soccer, 4 fois champions d’Afrique, auront plus de chance…

[themoneytizer id=”9390-28″]

 

«Ku def lu rey am lu rey.» Cet adage très cher à l’ancien président de la République, Abdou Diouf, n’est pas toujours respecté. D’aucuns donnant en exemple les Lionnes du basket, seules à avoir bénéficié d’appartements offerts par le président de la République (certaines ont même eu deux logements), là où des équipes ou athlètes champions d’Afrique plusieurs fois attendent toujours d’être reçus avec les honneurs de la République.

[fbvideo link=”https://web.facebook.com/galsenfootcom/videos/1219998854721731/” width=”620″ height=”350″ onlyvideo=”1″]

Actualité oblige : l’exemple le plus patent est celui des Lions du beach soccer qui viennent de décrocher leur 4e titre continental (faut le faire), en faisant retentir l’hymne national partout dans le monde. Mais qui, comme par hasard, courent depuis des années après une audience avec le président de la République. Peut-être que cette fois-ci ce sera la bonne pour les hommes de Ngalla Sylla, arrivés ce jeudi à l’aube, après un voyage très mouvementé.

Les 500 millions de primes de 2007 toujours pas payés

En tout cas, le constat est unanime par rapport à ces «injustices» notées dans la répartition des récompenses. D’anciens champions d’Afrique comme, entre autres, la lutteuse Isabelle Sambou, le champion de taekwondo, Balla Dièye où la judoka Hortense Diédhiou ont toujours eu à dénoncer ce «déséquilibre» dans le traitement des médaillés d’or sénégalais. Et pis, ils sont mal barrés si on sait que l’Etat leur doit depuis 2007 des primes impayées de près de 500 millions de francs Cfa.

Interpellé sur cette inégalité notée dans les récompenses aux champions, le ministre des Sports, tout en reconnaissant que «tout le monde ne peut pas avoir un appartement», semble laisser l’initiative au président de la République, seul à pouvoir décider de la nature de ces récompenses.

«C’est au ministre des Sports de faire des propositions au président de la République»

Une réponse qui semble laisser sur leur faim certains champions d’Afrique que Le Quotidien a accrochés et qui souhaitent garder l’anonymat. «C’est trop facile de laisser l’initiative au président de la République. Tout le monde sait que c’est le ministère des Sports qui coache ce genre de dossier concernant les récompenses», fait remarquer un de nos interlocuteurs. Un autre de poursuivre : «La Présidence ne décide jamais seule. Elle travaille souvent de concert avec le ministère des Sports. Il revient au ministre de faire des propositions concrètes au président de la République qui, on le sait, est très généreux. On ne demande pas tous un appartement, mais il y a un minimum qui suffit à nous motiver. Or ce minimum, on ne le voit jamais. Il y a trop de frustrations surtout quand on voit la manière dont les Lionnes du basket sont traitées. Elles ont gagné le titre africain comme l’ont fait les karatékas, les nageurs, les judokas, etc…». «Tout le monde doit donc être traité de la même manière», pestent-ils tous en chœur.

Souhaitons que cette fois-ci ce sera la bonne pour nos vaillants Lions du beach soccer qui attendent toujours leur carton d’invitation au Palais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here