Augustin Senghor a confirmé son intention de briguer un 4ème mandat. Il a fait l’annonce avant-hier mardi, en présence de ses collaborateurs, Saër Seck et Abdoulaye Sow.

Mais sa volonté s’est heurtée à celle de son 1er vice-président, Saër Seck, qui annonce également à son tour son intention de présider les 4 prochaines années à la tête de la présidence de la Fédération Sénégalaise de Football, nous informe Record.

Après plusieurs hésitations, le patron du football sénégalais, a finalement décidé d’annoncer à ses collaborateurs, lors d’une réunion dans ses bureaux privés à 15h00 (Mardi), son intention de briguer un 4ème mandat pour le poste de président de la FSF.

Sans passer par quatre-chemins, Senghor a déclaré à ses hôtes qu’après avoir largement consulté les acteurs du football sénégalais, ces dernières semaines, il a décidé de solliciter le renouvellement de la confiance de ces derniers en leur présentant sa candidature à la FSF. Cette annonce a refroidi la salle et ses interlocuteurs étaient à la fois médusés et stupéfaits, rapporte le quotidien Record.

Senghor aurait poursuivi pour effectivement reconnaître qu’en 2017, il avait lui-même sollicité le suffrage de la population du football pour la 3ème et dernière fois, mais puisque la donne a changé, il compte revenir sur sa parole. Non sans dire qu’il comptait sur Saër Seck et Abdoulaye Sow pour porter cet énième projet. Il a aussi exprimé quelques idées qu’il souhaiterait mettre en place en cas d’élection . Des initiatives qui ont provoqué des débats houleux entre lui et ses collaborateurs.

Comme s’il attendait ce moment. Le président Saër Seck qui a bien écouté le speech de Senghor n’a pu se contenir. D’abord, il a rappelé à la personne morale de la fédération, l’éthique qui voudrait qu’il ne se présente pas, puisqu’il avait lui-même dit que son mandat en 2017 devait être le dernier. Par la suite, le Président de l’institut Diambars et de la LSFP a dit tout haut son intention de postuler, affirmant en avoir le projet depuis des années. Mais à chaque fois qu’Augustin Senghor s’était présenté, il s’était retiré, considérant qu’ils étaient tous dans le même projet.

Mais, Saër Seck pense que c’est le moment ou jamais puisque dans quatre ans, il aura 72 ans, un âge qui ne lui permettra pas de briguer un poste électif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here