PARTAGER

Arrivé tout droit de Sunderland, d’où il est prêté une saison, Papy Djilobodji affiche une forte motivation pour son retour en Ligue 1 Conforama. Premier entretien avec le nouveau défenseur central dijonnais. 

Papy, te voici de retour en Ligue 1 Conforama ! Pourquoi avoir accepté d’être prêté au DFCO ? 

Je suis très content de retrouver le championnat de France de Ligue 1. Depuis le début de saison, à Sunderland, je ne jouais pas. Le coach me disait que ce serait le cas après la trêve internationale. Mais je lui ai répondu que j’avais déjà fait le choix de partir. Le président et le coach dijonnais m’ont appelé au téléphone et nous nous sommes bien entendus. Cela m’a fait plaisir de recevoir ces appels pour me faire part de leur envie que je rejoigne le club. C’est bien de se sentir aimé. C’est une motivation pour se donner à 100%. Je vais tout faire, donner le meilleur de moi-même, pour aider l’équipe à réussir sa saison.

Que recherches-tu en effectuant ce retour en France et au DFCO ? 

Tout simplement le plaisir du football. De jouer, d’être sur le terrain tous les week-ends, de se donner à fond et de gagner. L’année dernière, j’ai joué une vingtaine de matchs. J’espère que cette saison sera bonne pour moi et le DFCO.

Le jeu du DFCO est décrit comme offensif. C’est ce type de football que tu aimes ? 

A Dijon, il y a un bon coach, un bon staff et des bons joueurs. Le groupe a obtenu une victoire très importante contre Montpellier. J’aime bien le jeu produit par l’équipe, je vais m’adapter pour être au top et amener ma pierre à l’édifice. Je veux réaliser une grosse saison.

Quel bilan fais-tu de ton expérience hors Ligue 1 (Chelsea, Werder Brême, Sunderland) ? 

C’est positif. J’ai appris énormément de choses et je vais le transmettre ici. Maintenant, mon maître-mot est de prendre du plaisir.

Domaine aérien, agressivité défensive… Voilà des registres qui correspondent à ton profil ? 

Je vais tenter d’apporter ces qualités à tous les matchs. Je suis dur sur l’homme, mais j’ai également un peu de ballon. Je suis gaucher, mais je me sens à l’aise avec les deux pieds.

Confirmes-tu avoir failli signer au DFCO en 2009, en provenance du club de l’US Sénart-Moissy ?

C’est vrai. Je suis venu jusqu’ici, au centre d’entraînement. J’avais mangé avec le président de l’époque, Patrice Carteron et mon agent. Finalement, ça ne s’est pas fait. J’ai signé à Nantes, mais me revoilà à Dijon ! C’est le destin !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here