METZ, FRANCE - AUGUST 30: Papa Ndiaga Yade of Metz before the match between FC Metz and AS Monaco on August 30, 2020 in Metz, The Netherlands. (Photo by Jeroen Meuwsen/BSR Agency/Getty Images)"n

De plus en plus à son aise à Metz, Pape Ndiaga Yade (21 ans) veut continuer de surfer sur ses bonnes performances avec les Grenats et réaliser son rêve de rejoindre l’Équipe nationale du Sénégal.

Comment avez-vous vécu ce changement lors de votre intégration à Génération Foot ?

C’était un très grand plaisir. J’ai toujours voulu intégrer une académie comme Génération ou Diambars. J’ai eu la chance que GF s’intéresse à moi et je voulais continuer ma progression pour réussir dans le football. J’ai saisi cette opportunité. Comme me le disaient toujours mes entraîneurs, seul le travail peut mener un joueur très loin dans le football. À Génération Foot, le président Mady Touré nous disait aussi que le centre forme pour l’Équipe nationale et que si on croyait en nous, on pourrait aller en sélection. Quand on arrive à Metz, on nous parle de ce qu’a fait Bocandé dans le club. C’est une fierté et une source de motivation pour faire aussi bien ou plus qu’eux.

Votre but marqué à Louga contre le Ndiambour en 2019 vous a fait connaître au public. Comment avez-vous vécu ce succès ?

Sur le coup, je n’avais pas encore réalisé. Je ne pensais pas que ce but allait faire le tour du monde. Après avoir marqué, mes coéquipiers me poussaient pour me dire : ‘‘jubile, tu viens de marquer un but superbe.’’ Quand je suis parti en week-end à la Cité Gendarmerie à Jaxaay où j’ai grandi, les gens avaient déjà téléchargé le but et beaucoup le mettaient en statut (WhatsApp). Cela m’avait marqué et jusqu’à présent, je ressens une fierté. Je sais que ce but a fait grimper ma cote de popularité.

Après n’avoir disputé que deux bouts de matches votre première saison, comment avez-vous réussi à gagner du temps de jeu ?

La saison dernière a été ma première année à Metz et c’était un an d’apprentissage et d’adaptation au climat. Je restais à l’écoute des anciens comme Habib Diallo, Ibrahima Niane, mes aînés à Génération Foot et à Metz. Ils me conseillaient sur ce que le coach voulait que je fasse sur le terrain. Lors de la phase aller, je n’étais pas souvent convoqué dans le groupe. Quand je suis allé au Sénégal en décembre (lors de la trêve hivernale), j’ai réfléchi sur ce que je devais faire pour jouer davantage à mon retour en France. Lors d’un match de coupe, mon premier match, j’ai fait une passe décisive pour Ibrahima Niane. Cela m’a donné davantage de confiance et mon objectif était de tout faire pour être des 18 joueurs convoqués à chaque match. Mais je ne suis pas pressé. Entre-temps, il y a eu le Covid qui a fait arrêter le championnat, mais je continuais à m’entraîner. En face de chez moi, il y a un terrain où je fais un travail individuel. Après chaque entraînement, si je ne suis pas assez satisfait, je vais sur ce terrain pour faire un travail individuel. Quand la saison a été définitivement stoppée, je suis parti au Sénégal et j’ai continué les entraînements en salle avec mes amis pour préparer la saison suivante et pouvoir faire partie des 18. Après l’année d’apprentissage, je me suis dit que je devais m’adapter davantage cette saison.

Quels sont vos objectifs cette saison et dans la suite de votre carrière ?

Marquer des buts, continuer ma progression et aider mon pays en allant en Équipe nationale. La sélection, c’est mon rêve. J’ai fait toutes les catégories et travaille pour jouer en équipe nationale A. Je suis prêt et continue à travailler pour atteindre cet objectif. Cela a toujours été mon rêve et je suis prêt à donner tout ce que j’ai, si on m’appelle, parce qu’il s’agit de défendre les couleurs de mon pays. Je peux beaucoup apporter, comme le font mes idoles Sadio Mané et Ismaïla Sarr, un Saint-Louisien comme moi. Je compte suivre leurs pas. Ce sont mes références. Avec leur niveau, ils peuvent être cités parmi les plus grands joueurs du monde. Et avec ce que fait Sadio, c’est un rêve d’arriver à son niveau et l’imiter sur ce qu’il fait dans son pays en aidant beaucoup de gens démunis.

Certains observateurs pensent que vous pourriez réussir en Angleterre ou en Allemagne. Partagez-vous cet avis ?

Effectivement, on me le dit depuis longtemps. Jouer en Premier League et en Angleterre, c’est mon rêve. Cela me permettrait de suivre les pas de mes idoles.

SourceLobs
Article précédentAugustin Senghor : «Quand je serai à la tête de la CAF…»
Article suivantPorto- Ça a chauffé entre Loum Ndiaye et Pepe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here