Le milieu de terrain de Paris FC totalise 4 matchs en Équipe nationale qu’il a intégrée en novembre 2020. En une année, Moustapha Name est régulièrement convoqué par le sélectionneur Aliou Cissé. Il raconte ses premiers pas dans la tanière dans une interview avec So Foot.

C’est le PFC qui t’a permis d’intégrer la sélection sénégalaise en novembre 2020… ?

C’est tout simplement le plus beau souvenir de ma carrière pour l’instant. Je me souviens que j’étais au gymnase et que j’entendais mon téléphone vibrer. Une fois, deux fois, ça n’arrêtait pas. J’ai stoppé ma séance et en vérifiant, j’ai vu une dizaine d’appels et de messages WhatsApp venant du Sénégal. L’un d’eux disait : « Bonjour Moustapha, c’est Aliou Cissé, le sélectionneur du Sénégal. Rappelle-moi dès que tu peux. » J’ai cru à une mauvaise blague, mais par précaution, j’ai rappelé la personne. Et au bout du fil, c’était effectivement le coach. J’étais à deux doigts de m’évanouir. Il me parlait avec sa voix calme, mais je ne me souviens même pas de ce que je lui ai répondu tellement j’étais ailleurs. J’espère juste ne pas lui avoir dit n’importe quoi !

Tu as fait quoi après avoir raccroché ?

Mon premier réflexe a été d’appeler mon père. Il respirait fort pour s’empêcher de pleurer, puisque comme tous les papas africains, il cache ses émotions. Mais j’entendais sa voix qui tremblait. Rien que d’en parler, ça me fait bizarre.

Pas trop stressé en arrivant dans le même vestiaire que Sadio Mané, Édouard Mendy ou Kalidou Koulibaly ?

L’équipe du Sénégal, c’est la famille. Personne n’est au-dessus de l’autre, et pourtant, je peux vous dire que j’ai été impressionné en débarquant la première fois. J’avais un peu d’appréhension en me disant que je venais de Ligue 2, qu’eux jouaient la Ligue des champions et qu’ils allaient peut-être avoir des a priori, mais il n’y a rien eu de tout ça. Le pire, c’est que j’ai mis presque quinze minutes avant de réaliser que j’avais Sadio Mané en face de moi dans les vestiaires. Il est tellement discret, c’est trop. Ce groupe a vraiment quelque chose d’exceptionnel.

Entre la CAN, la Coupe du monde et la lutte pour la promotion en Ligue 1, le programme s’annonce chargé pour toi…. ?

Pour me stabiliser en sélection, il faut déjà que je fasse le travail en club. C’est le début d’une aventure qui peut être magnifique, et c’est à moi de faire en sorte qu’elle le devienne. En attendant que tout se mette en place, je vais continuer de faire mes siestes.

SourceSofoot
Article précédentÉquipe nationale- Bouna Sarr : ” Je viens ici pour jouer “
Article suivantFerdinand Coly: “L’équipe nationale, sous l’ère Aliou Cissé, est parmi les meilleures…”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here