Accueil Non classé Matar Bâ, ministre des Sports : « Mettre en synergie toutes les...

Matar Bâ, ministre des Sports : « Mettre en synergie toutes les énergies pour gagner ce match »

0

Les Lions ont reçu hier, la visite du ministre des Sports qui a assisté à la séance d’entraînement. L’occasion pour Matar Bâ de réaffirmer le soutien de l’Etat à la sélection mais aussi, d’appeler à faire bloc autour des poulains d’Aliou Cissé pour finir les éliminatoires en beauté et se qualifier au Mondial.

Qu’est-ce qui explique votre déplacement ici à Saly ?

« Mon déplacement à Saly est tout à fait normal ! L’équipe nationale doit aborder un match extrêmement important au Cap-Vert. Je me suis déplacé avec le Président de la Fédération sénégalaise de Football non seulement en tant que sportif et Sénégalais pour suivre l’entraînement de l’équipe, mais aussi pour délivrer le message du chef de l’Etat qui consiste à demander à ces joueurs d’aller jusqu’au bout de cette compétition. Et de se battre farouchement pour arracher cette victoire et gagner les deux matchs contre l’Afrique du Sud. Cela va nous assurer notre qualification pour la prochaine Coupe du monde ».

Depuis quelques temps, on note des critiques très dures en l’endroit du sélectionneur. Votre réaction ?

« Vous savez, le domaine du sport est comme ça ! Ce n’est pas qu’au Sénégal qu’on attaque frontalement les entraineurs. La réponse c’est de faire mieux, de gagner, d’atteindre les objectifs du peuple sénégalais. Le reste, je pense qu’il est assez solide pour faire face à cette pression qui n’est pas une pression négative. Parce que quand on te dit que ce n’est pas comme ça, c’est pour te faire revenir, te donner un signal. Même si tu crois que ce que tu fais devrait se passer comme cela, il ne faut pas faire la sourde oreille. Il faut faire un tri, de prendre ce qui t’arrange et qui peut te faire aller de l’avant. Je pense que le sportif qu’il est, peut faire face à ces critiques. Quand il jouait, il a subi ces critiques et maintenant qu’il est entraîneur, c’est également le cas. S’il ne l’est plus, personne ne le critiquera. Aujourd’hui, je pense qu’il en est conscient, il est très serein et Aliou aura le soutien de la Fédération, de l’Etat du Sénégal et du peuple tant qu’il sera entraineur de l’équipe nationale ».

Le Sénégal joue samedi contre le Cap-Vert et après, contre l’Afrique du Sud. Qu’est-ce qu’il faut aux Lions pour être qualifiés au Mondial ?

« Ce qu’il faut, c’est de se battre. C’est aussi, mettre en synergie toutes les énergies pour sortir victorieux de ce match. Et je pense qu’il n’y a aucun doute à nourrir.

J’ai trouvé un groupe très soudé ; l’encadrement technique est aussi, en train de faire son travail. La Fédération, du côté administratif a déjà fini son boulot. Le reste, c’est aller se battre pour gagner ce match. Et les matchs en Afrique comme ailleurs, c’est aller jusqu’au bout, il faut puiser très profond de soi même pour y arriver. Il faut un mental de fer.

C’est cela et au niveau technique mais aussi, au niveau des individualités, on n’a pas ce problème. Je pense que le Cap-Vert ne laissera pas cette chance passer, il va se battre jusqu’au bout. Mais nous croyons en nos chances, on a une situation favorable qui nous pousse à penser que la qualification est possible. Et on doit y arriver ».

La Fifa a décidé de faire rejouer le match contre l’Afrique du Sud. Pensez-vous que c’est un avantage pour le Sénégal ?

« Quand on est dans un environnement régi par des textes, il faut accepter quand ils vous donnent un avantage et le saisir. Parce qu’il peut arriver un moment où, comme l’Afrique du Sud, que tu sois désavantagé. Ce sont les lois qui nous régissent et il faut les accepter ! On a une chance de rejouer un match que nous avons perdu il y a un an. La Fifa a fait des investigations et est certaine qu’il y a eu quelque chose qui n’est pas normale dans le déroulement de ce match. Elle a alors décidé de le faire rejouer. Nous sommes revenus à la case départ et c’est une situation favorable pour le Sénégal qu’il faut saisir. Et quand on a une occasion pareille dans le football ou dans d’autre domaine, il faut la saisir. Et c’est ce qu’on est en train de faire avec la Fédération et l’équipe nationale ».