Walter Gagg, l’officier de sécurité envoyé par la Confédération africaine de football (CAF) pour superviser le match Sénégal-Côte d’Ivoire du 13 octobre, a mentionné les efforts importants déployés par la Fédération sénégalaise de football (FSF), pour assurer un bon déroulement de la rencontre, a annoncé Me Augustin Senghor.

‘’L’officier de sécurité a confirmé que nous avons pris toutes les mesures possibles pour assurer un bon déroulement de la rencontre et c’est un bon point pour nous’’, a souligné le président de la FSF.

Me Augustin Senghor a été interpellé mercredi par l’APS et la (Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS) sur le déroulement de la plaidoirie de la délégation sénégalaise lundi devant le jury disciplinaire de la CAF.

Après s’être félicité du ”travail remarquable” de son confrère Me Guédel Ndiaye qui a défendu le dossier, il s’est dit confiant que le jury prendra en compte tous les efforts déployés.

‘’D’ailleurs, les membres ont été étonnés après ces mesures prises qui sont allées jusqu’à la fouille au corps à l’entrée du stade que de tels incidents aient pu se passer’’, a-t-il relevé.

Avec cette plaidoirie et les différents témoignages, Me Augustin Senghor espère que les sanctions ne seront pas lourdes au risque d’être une seconde victoire des hooligans.

Par ailleurs, ”avec le caillassage du bus de la Zambie en Afrique du Sud (le 14 novembre après un match amical), tout le monde est conscient de la nécessité de prendre le taureau par les cornes pour juguler ces actes de vandalisme qui n’ont pas de droit de cité dans les stades”, a-t-il estimé, disant attendre ”avec sérénité” la décision du jury.

Le 13 octobre dernier, des supporters sénégalais mécontents d’une décision de l’arbitre qui avait sifflé un penalty contre les Lions, avaient allumé des feux dans les tribunes du stade Senghor et jeté des projectiles.

L’arbitre avait dû interrompre définitivement le match qui opposait le Sénégal à la Côte d’Ivoire à la 74-ème minute, alors que les Eléphants menaient par 2-0.

Dans sa première réaction, la CAF avait décidé d’exclure le Sénégal de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2013, en validant en même temps le résultat (2-0) obtenu sur le terrain.

Les sanctions peuvent aller jusqu’à la suspension du stade Léopold Sédar Senghor et le paiement d’une amende maximale de 100.000 dollars US (environ 50 millions de francs CFA).

Source: APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here