L’équipe du Jaraaf de Dakar s’est qualifiée mardi au prochain tour de la Ligue africaine des champions en gagnant aux tirs au but (4-2) l’équipe du Koroki du Togo.
Les joueurs de la Médina s’étaient imposés sur le score 1-0 au match aller. L’équipe du Koroki a réussi à égaliser sur l’ensemble des deux rencontres grâce à un but de leur défenseur, Ousmane Fofana, au stade municipal de Lomé.
Pourtant comme à l’aller, le champion en tittre du Sénégal a eu largement les possibilités de prendre le large en première période et permettre à son entraîneur, Malick Daff de vivre une après-midi plus tranquille.
“Malheureusement avec cette équipe, c’est devenu la routine, on vendange beaucoup trop sinon on aurait jamais dû aller aux tirs au but”, a déploré le technicien sénégalais, très “soulagé” après la séance de tirs au but.
L’équipe du Koroki, poussée par son public a réussi à mettre le pied sur le ballon et a obligé le Jaraaf à rester dans son camp. Mais, cette pression n’a duré au maximum qu’une vingtaine de minutes.
Les ’’Blancs’’ du Jaraaf ont réussi par la suite à se créer beaucoup d’occasions par Alioune Tendeng qui écrase trop sa frappe à la 25-ème minute et par Assane Mbodj et El Hadj Kane qui ratent le cadre.
Benoît Toupane a aussi raté sa reprise. El Hadj Kane, quant à lui, se complique la tâche au moment où il doit reprendre l’offrande du capitaine Pape Paye qui a fini de mettre toute la défense togolaise dans le vent.
En deuxième période, l’équipe togolaise a eu du mal à suivre le rythme imposé par le Jaraaf. Mais, c’est justement contre le cours du jeu que les hôtes ont obtenu un coup franc.
La passe en retrait pour le capitaine Ousmane Fofana n’a laissé aucune chance à Pape Diatta Ndiaye à la 67-ème minute.
De chasseur, le Jaraaf devient la cible de Koroki poussé par son public. L’arbitre malien de la partie va siffler sur ce score de 1-0 qui met les deux équipes à égalité parfaite.
Mais avant le coup de sifflet final, l’entraîneur du Jaraaf a joué son va-tout en faisant entrer son gardien remplaçant Cheikh Ndoye à la place de Pape Diatta Ndiaye dans les arrêts de jeu.
Un choix payant puisque le nouvel entrant a arrêté deux tirs au but, donnant l’opportunité à ses coéquipiers qui n’ont pas été adroits à s’en sortir sur le score de 4-2.
“Ce n’est pas un hasard, on sait qu’il est fort sur les balles arrêtées et c’est une arme que nous avons utilisé pour passer ce tour”, a expliqué Malick Daff.