BARCELONA, SPAIN - FEBRUARY 16: Pedri of FC Barcelona is challenged by Idrissa Gueye of Paris Saint-Germain during the UEFA Champions League Round of 16 match between FC Barcelona and Paris Saint-Germain at Camp Nou on February 16, 2021 in Barcelona, Spain. Sporting stadiums around Spain remain under strict restrictions due to the Coronavirus Pandemic as Government social distancing laws prohibit fans inside venues resulting in games being played behind closed doors. (Photo by David Ramos/Getty Images)

Malgré l’absence de Neymar et Di Maria, le PSG est parvenu à tenir son statut de finaliste de la dernière édition en battant le FC Barcelone (3-1) ce mardi en huitième de finale aller de Ligue des Champions. Un Kilyan Mbappé des grands soirs est passé par là.

Un match dans le match entre Idrissa Gana Gueye et Pedri. Une période du moins.

Le premier tir des parisiens vient du milieu sénégalais, à côté du cadre (4e). Il récupère ensuite le cuir sur l”Espagnol et sert Moise Kean qui obtient un corner (12e). En revanche, il est peu endormi par ce dernier sur la première action du Barca – une frappe molle de Griezmann dans la surface (14e).

Entretemps, Icardi a raté la plus grosse occasion (19e). Avant que l’international sénégalais ne perde un autre duel contre Pedri. Ici, il s’en mêle les pinceaux dans l’entrejeu et tacle son vis-à-vis à la perte du ballon. Le carton jaune est inévitable (20e). Cinq minutes après, De Jong provoque un penalty sur une merveille de passe de Messi. Lequel le transforme sans trembler, donnant l’avantage aux catalans (27e, 1-0).

Dembélé va sans doute regretter d’avoir loupé la balle du 2-0. Un tir du droit suite à une glissade de Kurzawa (29e). Qui se rachète pour servir l’avant-dernière passe menant à Kylian Mbappé (32e, 1-1). Une égalisation méritée.

Dès le retour des vestiaires, l’entraîneur Mauricio Pochetino a pris la sage décision de remplacer Gana Gueye. Celui-ci a en effet frôlé l’exclusion à deux reprises dont ce violent tacle sur Busquets (43e).

Son remplaçant Ander Herreira reste dans le même registre. Mieux, Paris monte d’un cran. L’opportunité de Kean (50e) est suivie de celle, payante, de Mbappé (65e, 1-2). Puis Kean se rattrape en reprenant d’une tête piquée un coup franc (70e, 1-3).

Le must, c’est cette contre attaque fulgurante menée par l’entrant Draxler. Arrivé à hauteur de la surface de réparation, il fixe le dernier rempart et met sur orbite Mbappé. Pour un enroulé qui fera parler (85e, 1-4).

Paris fait le plus dur au Camp Nou. En espérant qu’il n’y aura pas de remontada, comme en 2017, au Parc des princes le 10 mars prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here