Le Jaraaf de Dakar compte recevoir ses adversaires, au stade Léopold Sédar Senghor, pour la saison 2019-2020. Une décision venue de l’entraîneur, Malick Daf malgré les mauvaises conditions de jeu. 

Le champion du Sénégal du Sénégal 2017-2018 risque de vivre une saison très compliquée. Déjà, ça a mal débuté avec deux défaites en autant de sorties, mais une première à domicile, dans une enceinte dont la fermeture était annoncée en raison de l’état piteux dans lequel elle se trouve. La preuve, samedi dernier contre l’As Pikine, les organisateurs ont mis un chapiteau pour permettre aux officiels de suivre le match tranquillement quand on sait que la tribune couverte est fermée en raison du toit qui se détériore.

La pelouse, adversaire numéro 1

En ne voulant pas assumer son choix, Malick Daff n’aurait-il pas tord de s’attaquer à ses joueurs après la défaite contre l’As Pikine (0-1)? Surtout que recevoir, au stade Léopold Sédar Senghor dont la pelouse est dans un très mauvais état, est incompréhensible. Déjà, des équipes comme Dakar Sacré Cœur, Niary Tally et l’As Douanes qui ont la possibilité de recevoir leurs adversaires dans ce stade, ont préféré cette année jouer ailleurs pour des raisons de sécurité. Cette saison, l’adversaire numéro 1 du Jaraaf devrait donc sans doute être la pelouse de Père Léo qui est abandonnée par l’équipe nationale A du Sénégal depuis plusieurs mois. Les choses ont déjà mal débuté. Pire, l’équipe de la Médina qui est dans la zone rouge (12e), devra lutter pour retrouver sa place.

Des risques énormes

Si le stade est fermé, il doit l’être pour tout le monde. Mais, le constat est que le championnat national populaire (Navetane) et la Ligue 1 y jouent régulièrement tout en sachant que ce stade de 60.000 places ne répond plus aux normes. Il court des risques énormes. La preuve, des journalistes n’avaient pas où s’asseoir contre Pikine. Ils étaient restés débout pendant 90 minutes au moment où les officiels étaient bien assis dans le chapiteau. Le Jaraaf qui devait du respect à la presse, a failli dans l’organisation de cette belle affiche. Une vraie cacophonie notée lors de cette rencontre qui pourtant était diffusée en direct à la télévision nationale. Pire, la toiture risque de tomber si rien n’est fait et les joueurs sont exposés à d’éventuelles blessures sur la pelouse qui ressemble à un vrai champs de patate. Pourtant, pour l’heure, aucune réaction n’a été notée du côté de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP), de la Fédération sénégalaise de football (FSF) et du Ministère des Sports malgré ce danger visible.

Pendant ce temps-là, Malick Daf, l’entraîneur du Jaraaf campe sur sa position de jouer dans ce stade pourri.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here