PARTAGER

Lamine Diatta dit être tombé des nues après avoir appris la suspension que lui a infligée la FIFA pour manque de fair-play en même temps qu’Abdoulaye Sow. 

Suspendu et réprimandé par la FIFA pour manque de fair-play suite à la défaite des Lions a Polokwane contre l’Afrique du Sud (2-1), comptant pour l’acte 2 des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, Lamine Diatta se dit meurtri par la décision de l’instance faîtière du football mondial. S’il ne voit aucun inconvénient dans la sanction en elle-même, le coordonnateur de la Tanière se dit choqué par le fait qu’il soit cité dans cette affaire dans la mesure où il n’est nullement mêlé aux échauffourées avec l’arbitre ghanéen qui a accordé un penalty inexistant aux Bafana-Bafana.

[themoneytizer id=”9390-28″]

 

«Je ne comprends pas cette sanction de la FIFA. Pendant la mi-temps du match centre l’Afrique du Sud, je n’étais même pas descendu des gradins. Je ne suis mêlé ni de loin ni de prés à cette histoire», a soutenu Lamine Diatta que nous avons joint par téléphone avant-hier. Il poursuit : «Je ne suis jamais sur la feuille de match, encore moins sur le banc de touche. Je m’assieds tout le temps dans les tribunes, et je me verrais mal être dans les tribunes et avoir un comportement désagréable vis-à-vis de l’arbitre.» L’ancien joueur de Rennes de rappeler que «c’est à la fin du match que je suis descendu des tribunes pour aller rejoindre l’équipe comme je l’ai toujours fait. Et en aucun moment, je n’ai adressé la parole à l’arbitre. C’est pour quoi je dis que je suis surpris par la décision de la FIFA.»

Cependant, le coordonnateur de la Taniére a reconnu qu’«à la veille du match, en tant que manager général de l’équipe, j’ai pris part à la traditionnelle réunion technique avec les arbitres conformément aux dispositions réglementaires de a compétition». Mais, conclut-il, «si j’avais adressé la parole à l’arbitre, je aurais assumé, mais ce n’est pas le cas».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here