L’attaquant sénégalais Ismaila Sarr, gravement blessé en septembre dernier, a récupéré sa place de titulaire à Rennes (Ligue 1) et n’est pas étranger à la bonne passe du moment du club breton.
Samedi dernier, contre Saint-Etienne, l’attaquant sénégalais a marqué le but de l’égalisation (1-1) qui a permis à son équipe d’engranger un point supplémentaire dans la course à la qualification de son club pour la Ligue Europa.
Avant son but égalisateur (1-1), samedi, son entraîneur lui a demandé à la mi-temps de “créer plus”. Souvent à l’origine des centres, coups francs et autres penaltys, l’international sénégalais a mis sa tête pour offrir l’égalisation à son équipe à trois minutes de la fin du temps réglementaire.
Recruté à quasiment 20 millions (environ 13 milliards de francs), l’ancien pensionnaire de Génération Foot, arrivé du FC Metz où il n’a passé qu’une saison, confirme tout son potentiel semaine après semaine.

Pour Ismaïla Sarr, rien n’était pourtant donné, compte tenu son prix d’achat et de sa blessure contre cette même équipe de Saint-Etienne, en septembre dernier, toutes choses qui auraient pu être un frein à son envol.
Ou sinon l’amener à tenter moins de dribbles contre ses adversaires qui ne manquent aucune occasion de le malmener.
Revenu de blessure, le Saint-Louisien a dû faire sans Christian Gourcuff, l’entraîneur qui l’avait recruté avant d’être poussé vers la sortie par les propriétaires de Rennes.
Mais ce changement au sein de la direction administrative et technique rennaise n’a pour ainsi dire pas impacté sur sa place dans le groupe.
La preuve, son nouvel entraîneur, le Franco-tunisien Sabri Lamouchi, semble ne jurer que par l’attaquant sénégalais, en course pour jouer la Coupe du monde 2018 (14 juin au 15 juillet) avec les Lions du Sénégal.

Après avoir été sélectionné pour la dernière CAN 2017, Sarr revient à toute vitesse dans le bon wagon en devenant décisif pour son équipe. Il va très probablement faire partie du groupe dirigé par Aliou Cissé.
Le sélectionneur national n’a pas attendu longtemps pour le rappeler après les trois derniers matchs de qualification (contre le Cap Vert et la double confrontation contre l’Afrique du Sud) marqués par le jeune attaquant.
Ismaila Sarr, attendu au prochain regroupement des Lions avec 29 autres sélectionnés pour les matchs de préparation contre l’Ouzbékistan (23 mars) et la Bosnie (27 mars), a confirmé tout le bien qu’on pouvait attendre de lui.
Auteur de quatre buts en championnat au cours de cette saison dans son cas tronquée, il est devenu l’atout-maître de Rennes sous les ordres de son nouvel entraîneur qui peut aussi bien le faire jouer à gauche, à droite qu’en attaque.
A ceux qui craignaient de voir sa blessure le ralentir, il revient à toute vitesse, non sans répondre, en dehors du terrain, à certains techniciens comme Jean Louis Garcia, l’entraîneur de Troyes, qui l’a traité de plongeur au soir d’une amère défaite.
Samedi dernier, l’international sénégalais qui s’exprime rarement dans les médias français, a rappelé qu’il reste la victime et non le contraire.
“Je reçois tellement de coups que j’ai du mal à marcher quand je rentre chez moi”, a confessé l’attaquant sénégalais, dont la vitesse supersonique demeure une équation pour les défenses adverses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here