Pour l’équilibre dans l’entre-jeu de son équipe, Aliou Cissé pourrait être emmené, demain contre le Congo, à aligner Idrissa Gana Guèye, Nampalys Mendy et Pape Matar Sarr, pour l’avant-dernière journée des éliminatoires de la CAN 2022.

Qu’avons-nous appris depuis qu’Aliou Cissé est sur le banc de touche des Lions ? Que l’équipe du Sénégal n’est pas à l’aise pour créer du jeu. Que sa défense, même si elle paraît fébrile, tient le choc. Que son attaque dispose de plusieurs solutions différentes. et, enfin, que son milieu n’a peut-être pas encore trouvé son rythme de croisière. Ce dernier secteur a cristallisé les critiques des supporters et autres observateurs. pour des raisons différentes. Mais, aujourd’hui, l’arrivée de Nampalys Mendy et de Pape Matar Sarr semble changer positivement la donne.

Nampalys, au service du collectif

Depuis la dernière Coupe d’Afrique, avec l’exil d’Alfred Ndiaye et de Pape Alioune Ndiaye dans le golfe et le manque de temps de jeu d’Henri Saivet, des cadres habituels au milieu, Aliou Cissé est à la recherche de solutions. Pour la rencontre de demain qui opposera les Lions aux Diables rouges du Congo, le sélectionneur est obligé d’apporter des modifications dans l’entre-jeu de l’équipe du Sénégal. À l’exception de Gana Guèye, titulaire indiscutable au poste, tous les autres prétendants peuvent bien démarrer. Mais pour donner le la à son équipe, l’ancien capitaine des Lions pourrait être amené à titulariser le trident, Gana-Nampalys-Pape Matar. Justement, depuis le début du stage, ces trois joueurs sont inséparables et à chaque fois qu’il doit expérimenter un système, le sélectionneur des Lions n’hésite pas à les solliciter. d’ailleurs, hier, pour la mise en place tactique, Aliou Cissé a beaucoup misé sur ces derniers. Il est vrai que Gana et Papy Mendy semblent jouer dans le même registre, mais le joueur de Leicester a fait montre d’un volume de jeu considérable. Sa touche de balle et son occupation des couloirs ont beaucoup aidé son équipe.

Pape Matar, le changement de tempo

Pour sa part, le néophyte, Pape Matar Sarr, n’est pas resté les mains croisées, non plus. Le milieu de terrain de Metz tire son épingle du jeu. Il profite de la communication avec Gana Guèye pour se jouer de la vigilance de ses vis à vis. Sa conduite de balle et son coup d’œil peuvent aider les Lions à aller de l’avant. C’est vrai qu’ils ne sont pas tous grands de taille mais leur jeu pourrait changer l’équilibre de l’équipe. Surtout que, grâce sa capacité à couper les trajectoires, à récupérer les ballons, Gana Guèye peut bien continuer sur son registre, puisqu’il peut toujours compter sur les deux autres. En tout cas, pour le match de demain, ce trident, a plus de chance d’évoluer ensemble, même si des joueurs comme Frédéric Kanouté, Assane Dioussé et Loum Ndiaye n’ont pas encore dit leur dernier mot.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here