Accueil Non classé Equipe nationale du Sénégal : Le jeu des Lions sur le gril...

Equipe nationale du Sénégal : Le jeu des Lions sur le gril des experts

0
Ancien international avec une trentaine de sélections dont « le but le plus rapide de l’histoire des Lions au bout de 22 secondes, contre le Maroc du grand gardien Badu Zaki en 1981 », Tassirou Diallo est devenu entraîneur et a dirigé plusieurs clubs dont la Jeanne d’Arc, le Diaraf, les Niayes de Pikine ou encore l’Olympique de Chiera du Maroc. Demba Mbaye a grandi en France où il a obtenu le brevet d’entraîneur 1 et 2, le diplôme A de l’Uefa. Directeur sportif puis entraîneur du Club athlétique Dignois (en France), il a entraîné Niary Tally jusqu’à sa démission après l’élimination précoce en coupe Caf. Deux techniciens aux trajectoires différentes se penchent sur le jeu de l’équipe nationale du Sénégal d’Aliou Cissé.

«On n’a pas encore une équipe, même si elle gagne»

Les Lions gagnent certes, mais il manque encore une cohésion dans le jeu. C’est le constat de Tassirou Diallo qui trouve cependant des excuses au coach, Aliou Cissé. «On a une équipe qui gagne, mais la principale progression se situe en défense. Elle est solide et l’équipe peut gagner à chaque fois qu’elle marque. Mais du fait des changements réguliers, on n’a pas encore une équipe. En attaque, on a eu Mame Birame Diouf, Moussa Sow, Diafra Sakho, Mbaye Niang. L’entraîneur est à la recherche de son équipe et il n’a pas encore une philosophie de jeu. Une équipe doit avoir une ossature».

«Ce qui est important, ce sont les résultats»

Seule la victoire est belle. C’est le sentiment de Demba Mbaye qui préfère retenir les résultats, d’abord. «Je suis pragmatique. Bien jouer et ne pas gagner, je n’en vois pas l’intérêt. Ce qui est important, ce sont les résultats. Les joueurs méritent leur place en sélection. Ils prouvent dans leur club tous les week-ends. Le foot africain est très difficile avec un fort impact physique. Une sélection est différente d’une équipe de club. C’est compliqué de mettre en place un projet de jeu. En sélection, on a les joueurs quelques jours. Les regroupements sont entre 6 et 7 fois dans l’année. En Europe, les équipes qui dominent présentent des secteurs avec des joueurs qui évoluent dans le même club. L’Allemagne a la défense du Bayern, l’Espagne se base sur une ossature de Real Madrid et du Fc Barcelone. En Afrique, c’est rare d’avoir deux joueurs dans le même club. Le Sénégal est en phase de se qualifier. C’était l’objectif. Aliou Cissé sera jugé sur cela».

«Avec Aliou Cissé, on ne peut pas savoir le schéma tactique de départ. L’identité de jeu est multiple. Moussa Wagué apporte plus offensivement que Adama Mbengue. Et pourquoi ne pas mettre Sadio Mané en 9 et demi et Baldé sur le côté. Contre le Cap-Vert, avec l’entrée de Mbaye Niang, nos deux attaquants ont fait la différence. Les équipes adverses essaient d’esseuler nos attaquants. Le Sénégal a un problème de liants. Il faut un milieu de terrain créateur pour distiller les balles aux attaquants», analyse Tassirou Diallo.

Demba Mbaye est d’abord séduit par le gardien de l’équipe. «Il semblerait que Khadim Ndiaye, même s’il a la baraka, s’impose comme titulaire dans les buts. Contre le Cap-Vert, il a fait un arrêt important. Il commence à devenir une certitude. Il avait fait de bons matches contre le Burkina. La défense centrale me semble très complémentaire avec Kara et Koulibaly. Il y a un certain équilibre au milieu avec Gana Gueye et Cheikhou Kouyaté. Un garçon comme Sadio Mané peut tirer l’équipe. C’est le leader technique dont l’équipe a besoin. Si on se qualifie à la coupe du monde, avec de meilleures pelouses, ce sera l’occasion de savoir s’il en est capable. Les latéraux constituent l’un des principaux chantiers de l’équipe nationale du Sénégal. Il y a une solution à trouver dans les hommes de couloir».

L’absence de Sadio Mané et Kara Mbodj

Un point contre l’Afrique du Sud, le 10 novembre prochain, serait un pas important vers Moscou. Et Demba Mbaye ne se fait pas de doute.«Il nous faut un point pour la qualification. La Tanière est capable de gagner malgré les absences. J’ai toujours été positif. On a un groupe et les remplaçants ont toujours donné satisfaction». Tassirou Diallosuggère des solutions à ce vide créé par les forfaits de ces deux pions essentiels d’Aliou Cissé. D’après l’ancien attaquant de l’As Police, «il faut être patient avec Adama Mbengue. Au milieu, Pape Kouly Diop pourrait apporter ce lien avec l’attaque. C’est dommage qu’il ne vienne plus en équipe nationale. Cheikh Ndoye apporte toujours quelque chose et il est discipliné tactiquement. Il faut qu’Aliou Cissé puisse trouver les bonnes combinaisons pour améliorer les choses dans ce secteur du jeu. En attaque, Diao Baldé manque de compétition, c’est évident. Il y a un problème avec Sadio Mané. Soit on ne le sert pas bien, soit il porte trop le ballon. Assane Dioussé de Saint-Etienne est un joueur d’avenir, à intégrer dans l’équipe tout comme Opa Nguette. Mbaye Niang est une satisfaction totale».

Fierté nationale

Faire confiance à l’expertise locale, c’est le conseil de Demba Mbaye. «J’encouragerai chaque pays à former et à avoir des sélectionneurs nationaux. Il faut faire confiance à ses propres fils. Je suis profondément panafricain. A terme, je pense qu’il faut que les sélectionneurs des équipes africaines soient africains. Comparé à Alain Giresse, Aliou Cissé a fait mieux. Il faut mettre en place des politiques de formation pour que nos entraîneurs deviennent encore plus expérimentés. Au-delà de l’aspect technique, il y a le sentiment national», plaide l’ancien technicien de Niary Tally.