Mal en point en club avec le Bayern Munich, Bouna Sarr ne joue pratiquement pas avec les Bavarois. Une situation compliquée pour l’ancien marseillais. Actuellement au Togo avec l’équipe nationale du Sénégal, le latéral droit des Lions a accordé un entretien à RECORD. Le joueur revient sur sa situation en club mais également son apport aux Lions.

Bouna, comment allez-vous aborder le match face au Togo, sachant que vous êtes déjà qualifiés ?

On l’aborde comme tous les autres matches. On sait que n’y a plus d’enjeu, mais ça va être des matches importants pour préparer les prochaines échéances, notamment la CAN. Donc, ce sont deux matches intéressants pour nous.

Êtes-vous satisfait de votre rendement, suite à vos deux titularisations face à la Namibie ?

Je sais que je peux mieux faire. Après, pour une première, je dirais que ce n’est pas mal. C’est à moi aussi de m’adapter. Je suis content qu’il y ait ce rassemblement assez rapidement après le premier. Je vais continuer à prendre mes marques et je sais, évidemment, que je peux apporter quelque chose de plus à l’équipe.

Avez-vous déjà conquis votre place sur le flanc droit de la défense ?

Ça, je pense que c’est au coach de le dire. Ce n’est pas à moi de faire cette évaluation. En tout cas, il sait qu’il peut compter sur moi. Moi, je viens ici pour jouer forcément, mais je suis surtout au service de l’équipe. Et c’est le plus important.

Reconnaissez-vous que votre situation est inquiétante au Bayern Munich ?

C’est normal de s’inquiéter, moi le premier. Après, c’est à moi de rester en forme. Je peux vous garantir qu’au Bayern je fais le nécessaire, même quand je ne joue pas, pour être en forme. Aujourd’hui, j’ai rejoint la sélection et je suis à 100% pour aider l’équipe.

Ne craignez-vous pas de perdre votre place chez Lions si votre situation ne change pas en club?

Non, je ne pense pas. Comme je viens de le dire, je fais le maximum pour garder un bon état de forme. Je travaille aussi personnellement de mon côté. Donc je ne pense pas que je vais souffrir au niveau du rythme. Bien au contraire, je pense que je peux ramener une fraîcheur dans l’équipe.

La sélection vous permet-elle d’oublier votre situation peu reluisante en club?

Oublier, c’est un grand mot. C’est trop dire. Je pense que c’est un autre contexte, une autre équipe. Là je représente une nation, donc c’est deux choses totalement différentes. Mais c’est sûr que c’est toujours bénéfique pour moi d’avoir du temps de jeu en sélection.

 

SourceRecord
Article précédentPape Guèye : “Je suis heureux de rejoindre la Tanière”
Article suivantMoustapha Name: “Quand j’ai eu Aliou Cissé au bout du fil, j’étais à deux doigts de m’évanouir…”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here