PARTAGER

L’ancien attaquant des Lions, Diomansy Kamara, dit en vouloir toujours au technicien franco-polonais Henri Kasperczak, actuel sélectionneur de la Tunisie, qui a démissionné de son poste en pleine CAN 2008 alors qu’il dirigeait les Lions du Sénégal.

“Pour dire vrai, je lui en veux toujours et j’espère que la génération actuelle va nous permettre de prendre notre revanche sur lui”, a indiqué l’ancien attaquant des Lions, actuel consultant télé au Groupe Canal +, dans un entretien avec l’APS.

[themoneytizer id=”9390-28″]

 

“Il avait réussi à créer un vrai bazar dans la sélection, et il a osé partir en nous laissant en pleine tempête”, a soutenu l’attaquant international, revenant sur cet épisode de la CAN 2008 au Ghana.

Nommé sélectionneur national à la place d’Abdoulaye Sarr en 2006, le technicien franco-polonais avait démissionné de son poste après la défaite 1-3 contre l’Angola, lors de la deuxième journée de la phase de poules.

Le Sénégal doit jouer son premier match de la CAN 2017, le 15 janvier prochain, contre la Tunisie, actuellement dirigée par Henri Kasperczak et qui avait tenu en échec les Lions (2-2) pour le premier match joué à Tamale (nord du Ghana).

Pour Diomansy Kamara, c’est l’occasion pour le football sénégalais de prendre sa revanche sur ce technicien qui “n’a pas eu la bonne attitude avec les Lions”.

“Je ne peux pas comprendre qu’un capitaine puisse laisser un bateau en pleine tempête”, a dit Diomansy Kamara, qui a pris part à trois phases finales de CAN en 2004 (Tunisie), 2006 (Egypte) et 2008 (Ghana).

Pour la présente édition de la CAN, celui qui dit se sentir de plus en plus à l’aise dans son rôle de consultant débuté avec l’Euro 2016 en France, présente le Sénégal comme un outsider.

“Notre objectif doit être de passer le premier tour, et ensuite après, ce sera des matchs à élimination directe où tout est possible’’, a-t-il indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here