Déjà qualifié pour la CAN, le Sénégal se déplaçait en Afrique centrale pour affronter la République du Congo. Malgré l’équipe alignée, les Lions n’ont pas su tirer leur épingle du jeu, une énième prestation décevante amplifiée par le résultat nul (0-0). Les impressions du match de Ballonrond.net, les tops et les flops.

Jouer à 3, une fausse bonne idée ?

Tenter une nouvelle stratégie, c’est bien. Avoir les idées et les moyens de ses ambitions, c’est encore mieux. Le 3-5-2 pose plus de problèmes au Sénégal qu’il ne crée de solutions. En effet, le statut des Lions en Afrique ne leur permet plus de jouer ainsi. Lorsque tu dois être protagoniste, ça ne sert à rien d’aligner 3 défenseurs centraux, un milieu défensif et deux milieux centraux. C’est un schèma beaucoup trop défensif et attentiste. On se retrouve avec une équipe où les deux attaquants sont coupés du reste de l’équipe parce qu’il n’existe pas de milieu offensif capable de faire le liant entre le milieu et l’attaque. L’absence d’un profil entre les lignes pour faire jouer les autres fait que ce système n’est pas adéquat pour les partenaires de Sadio Mané. S’il faut jouer à 3, il faut réduire la ligne du milieu à deux joueurs et inclure un avant-centre. Le 3-4-3 serait un bien meilleur choix. Eliminer un milieu de terrain pour ajouter un attaquant peut être une solution en l’absence de créateur. Ça permettrait à Sadio Mané et à Keita Baldé de venir entre les lignes pour combiner avec les milieux de terrain et faire progresser la balle sans biaiser la construction du jeu. Pour créer une supériorité numérique, il suffit qu’un défenseur central s’insère dans la ligne du milieu, ce qui ne serait pas problématique vu la faiblesse adversité.

Aujourd’hui, le Sénégal doit comprendre qu’il est attendu en Afrique et c’est aux Lions de faire le jeu. L’utilisation de la balle n’est pas bonne, on ne sent pas un collectif. Il n’y a que de fortes individualités qui font la différence de temps en temps. En voyant la manière dont l’équipe a été disposée dès l’entrée du match, Aliou Cissé a préparé un onze pour jouer en transition. D’ailleurs, la seule occasion de la première mi-temps est arrivée sur une contre-attaque où Pape Matar Sarr a trouvé Sadio Mané dans la profondeur. Malheureusement, le joueur de Liverpool n’a pas cadré son tir qui a fini sur la balle transversale. Le Sénégal termine la rencontre sans tir cadré, une chose rare et anormale. Le coach n’a jamais su se réadapter pour faire mal à l’adversaire, ses changements ont été inutiles. Comment peux-tu faire du poste pour poste sachant que ton équipe est dix mille fois supérieure et qu’elle doit gagner ? Le coaching d’Aliou Cissé a été honteux. Evidemment, si Sadio avait marqué son occasion, ça aurait changé le destin du match mais il faut arrêter de se focaliser sur le résultat. La production collective a été indigne, le seul adversaire du Sénégal c’est le Sénégal lui-même. L’exigence doit être à la hauteur des attentes, élevée.

La défense, prestation correcte

Les absences de Kalidou Koulibaly et de Youssouf Sabaly ont facilité la tâche au coach sur le choix des hommes. Abdou Diallo a été aligné aux côtés de Kouyaté et Ousseynou Ba. Très peu sollicités, ils ont rendu une bonne copie dans l’ensemble même s’il faut noter les quelques frayeurs que l’on a eues sur les interventions de Kouyaté, il n’est pas du tout serein. Dans les ailes, Fodé Ballo-Touré et Krepin Diatta n’ont rien eu à faire vu le manque de largeur.

Un milieu de terrain en manque de créativité 

C’est le talon d’Achille de la sélection d’Aliou Cissé. Le Sénégal a de très bons milieux de terrain donc c’est incompréhensible de voir une telle incapacité à faire quelque chose de cohérent avec le cuir, c’est même inconcevable. Krepin Diatta est utilisé en tant que milieu latéral. Force est de constater qu’il est l’unique joueur capable d’amener cette créativité au sein de l’équipe. Il doit être réintégré dans le cœur du jeu. Pape Matar Sarr a été bon pour sa première sélection. Le joueur de Metz pourrait faire des merveilles s’il est associé à des joueurs plus techniques et dans un projet collectif mieux élaboré. A ses côtés, Nampalys Mendy n’a pas été mauvais mais comme on l’a répète plus haut, ça ne servait à rien de mettre un milieu défensif et deux milieux centraux. Entre lui et Gana, il fallait en choisir un et laisser l’autre sur le banc. Certes, ne sont pas deux profils totalement identiques mais un même rôle leur est attribué. La répartition des tâches est essentielle dans cette partie du terrain, le Sénégal deviendra meilleur lorsque ce secteur sera géré comme il faut, avec les bons rôles et les bonnes consignes. Le sélectionneur actuel semble en être incapable.

Une animation offensive très pauvre

Pour ce match, Aliou Cissé a décidé de démarrer avec deux attaquants mobiles : Sadio Mané et Keita Baldé. Cependant, il n’a pas mis les conditions pour les accompagner et les aider à être performants. Jouer de longs ballons sur de tels joueurs, c’est peine perdue. Ils n’ont pas ces capacités. Sans un vrai attaquant de pointe pour fixer les défenseurs centraux du Congo, le travail des adversaires était beaucoup trop simple. On peut quand même se poser des questions sur la cohérence de la liste, on ne sait pas trop ce que le coach voulait faire en incluant 9 joueurs offensifs dans sa sélection pour au final finir avec une animation offensive aussi pauvre. On aurait pu attendre des changements allant dans ce sens pour enflammer un match dans lequel le Sénégal n’avait rien à perdre. Finalement, rien n’a été fait. Déception totale.

Tops : Abdou Diallo en patron !

Abdou Diallo : On s’attendait à voir un joueur de classe mondiale, on a vu un joueur de classe mondiale. Diallo, c’est propre. L’ancien joueur de Dortmund a du caractère et une forte personnalité, c’est très prometteur pour la suite. On est ravi d’avoir un joueur avec ce pedigree en sélection.

les nouveaux : En plus de Diallo, les nouveaux arrivants ont rendu une bonne copie dans l’ensemble. Nampalys Mendy, Fodé Ballo-Touré et Pape Matar ont été bons. Leur intégration a probablement été facilitée par le contexte car le match n’avait pas un enjeu sportif toutefois leur prestation est à saluer. On attend la confirmation.

un clean sheet : Ce match n’a pas du tout été emballant, on a très peu de motifs de satisfaction et/ou d’espoir. La seule bonne chose à noter globalement c’est que le Sénégal n’a pas pris de but. Cela va donner un peu de confiance à Bingourou qui avait encaissé 3 buts face au Maroc lors de ses débuts.

Flops : le coach et ses lieutenants

Aliou Cissé : Mauvais coaching. On en a déjà parlé. Il est le responsable de la performance assez calamiteuse de son équipe. A quelques moins de la CAN, il n’arrive pas à convaincre. Décevant.

Keita Baldé : Pour son retour en sélection, on attendait forcément mieux de lui. Il n’a pas du tout été bon contrairement à Sadio qui était au moins entreprenant. Son irrégularité en club le poursuit en sélection. Remets-toi en question.

Kouyaté/Gana : Ils ne jouent pas comme les leaders qu’ils sont censés être en sélection. Ils se comportent comme des éléments lambdas alors qu’ils doivent porter cette équipe. Qu’on se le dise, ils ne sont pas du tout performants avec le Sénégal depuis un bon moment et il faudrait peut-être penser à les mettre sur le banc de temps en temps. Un statut de cadre ne suffit pas pour garantir du temps de jeu à un joueur, d’autres méritent leurs chances.

Les années passent, on a toujours les mêmes problèmes : le Sénégal a du mal à transcrire sur le terrain une production collective digne de son rang. Des progrès que l’on attend depuis des années mais il faudrait peut-être accepter que le sélectionneur actuel n’est pas l’homme idéal pour passer ce cap. Le Sénégal mérite et peut faire mieux que ça.

 

SourceBallonRond.fr
Article précédentÉliminatoires CAN 2021- Le Sénégal et le Congo se neutralisent
Article suivantAliou Cissé : “Il ne faut pas s’attendre à ce que tout soit parfait”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here