PARTAGER

L’erreur d’arbitrage de Joseph Lamptey, qui a sifflé un pénalty imaginaire contre le Sénégal face à l’Afrique du Sud samedi dernier, a été assez grossière. Criarde pour nourrir la furie du camp sénégalais, et même des officiels de la CAF. Mais elle n’a pas caché les insuffisances de l’équipe d’Aliou Cissé qui n’a pas pris le match par le bon bout. 

Aliou Cissé avait fermé la tanière à double tour lors de la préparation des Lions à Polokwane pour peaufiner sa tactique face à l’Afrique du Sud, samedi, pour le compte de la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Mais, de stratégie déroutante, il n’y a en point eu sur la pelouse de Peter Mokoba. Tout au plus, le coach des Lions avait décidé de laisser l’adversaire faire le jeu, positionnant son bloc d’équipe bien bas, pour jouer en contres. Et les Lions avaient bien les armes pour réussir leur coup avec des flèches comme Sadio Mané et Baldé Diao Keïta devant. Sauf que dans ce schéma finalement foireux, Koulibaly et sa bande ont joué contre-nature. En lieu et place d’un jeu rapide et direct à la récupération du ballon, les Sénégalais ont encore abuse du jeu dans la latéralité, notamment avec Gana Guèye et Cheikhou Kouyaté. Sadio Mané et Diao Keita ont également évolué dans le même registre, portant souvent le ballon et abusant des dribbles, à la place d’alerter Moussa Konaté au plus vite. Ils ont rarement usé de leur percussion et leur vitesse dans le dernier tiers. Une tactique attentiste qui eu le don de faire sortir les Sud-Africains de leur torpeur et d’aller à l’assaut de cette équipe sénégalaise qui s’est fragilisée au fil du match, le coup de grâce de Lamptey aidant. Une erreur tactique apparente que le milieu de terrain d’Angers n’a pas manqué de pointer du doigt à l’issue de la rencontre. «Il ne fallait pas attendre l’adversaire. Le fait de les attendre leur a donné de la confiance. En plus, il y a le public qui pousse, donc il ne fallait pas attendre. C’est une leçon qu’on doit tirer pour avancer», a fulminé Cheikh Ndoye.

Aliou Cissé a lui-même conforté son milieu de terrain en conférence de presse d’après match. «On a su les contenir un bon bout de temps. Je pense que ce qui restait après, c’est la projection. On ne s’est pas assez projeté. On a gardé le ballon après la récupération dans nos 30 mètres alors que ce que j’avais demandé, c’était récupération à percussion», a reconnu le coach des Lions. Qui poursuit, «en seconds période on a eu beaucoup plus d’audace. On s’est beaucoup plus projeté, on a joué beaucoup plus devant».

Un réveil tardif qui n’a malheureusement pas permis au Sénégal de refaire son retard, malgré un Cheikh Ndoye assez volontariste, qui a permis aux Lions de réduire le score. Heureux donc qu’Aliou Cissé l’ait compris, car contre les Bafana Bafana, «on n’a pas seulement perdu par la faute de l’arbitre».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here