Bamba Dieng est la nouvelle sensation à Marseille. Il a inscrit trois buts en quatre matches de Ligue 1 en ce début de saison. Le jeune Sénégalais de 21 ans a été précédé à l’Olympique de Marseille (Om) par plusieurs de ses compatriotes qui ont contribué à l’histoire du célèbre club français.

Boubacar Sarr « Locotte », le précurseur

Il est le premier sénégalais à porter les couleurs de Marseille. Ancien joueur du Dial Diop de Dakar, il a quitté le Sénégal en 1973 pour la France et Toulon. Boubacar Sarr a ensuite été recruté par l’Om en 1975. Dans le club phocéen, il s’impose en disputant 126 matchs. Auteur de 12 buts lors de sa première saison, il inscrit respectivement 22 et neuf buts à l’occasion des deux suivantes. Il quitte ensuite l’Om pour le Psg au moment où la grande rivalité entre les eux clubs n’existait pas encore. En 1983, Boubacar Sarr « Locotte » effectue son grand retour à Marseille alors que le club évoluait en D2. Plus que jamais efficace et auteur de 25 buts, il permet au club du Sud de la France de réussir la remontée en Ligue 1. Il a balisé le terrain pour plusieurs générations de Sénégalais qui défendront avec brio les couleurs de Marseille. Avec l’Om, « Locotte » a remporté la Coupe de France en 1976.

Abdoulaye Diallo, double champion de France

Surnommé « Doudou », Abdoulaye Diallo, né à Dakar en 1963, a fait ses armes à l’Asc Niayes de Pikine entre 1979 et 1983 avant de s’envoler pour la France. Durant sept saisons, entre 1983 et 1990, il s’illustre sous le maillot de l’un des clubs les plus populaires de France. Le pic de sa carrière à Marseille a été les deux titres de champions décrochés en 1989 et 1990. Il a aussi dans son escarcelle une Coupe de France remportée en 1989. L’ailier droit a conquis le Vieux-Port. Il est de la belle épopée de 1988 qui avait vu l’Om battre le grand Ajax d’Amsterdam à domicile (1-2) en demi-finale retour de la Coupe des vainqueurs de coupe. Son passage à Marseille coïncide avec l’arrivée de Bernard Tapie et la présence de grandes stars dont Jean-Pierre Papin, Chris Waddle, Enzo Francescoli…

Abdoulaye Diallo, qui a su avoir une place dans un groupe très riche, a disputé 183 matchs et marqué 22 buts avec Marseille.

Mamadou Niang, la légende aux 100 buts

Souvent bourreau de Marseille quand il évoluait à Troyes, Metz ou Strasbourg, Mamadou Niang a convaincu l’Om de le recruter le 1er juillet 2005 contre 7 millions d’euros (4,5 milliards de FCfa). Dans un club ayant vu passer des attaquants de la trempe de Jean-Pierre Papin, Didier Drogba… , Niang devait se surpasser pour écrire son nom en lettres d’or dans l’histoire du club. L’ambiance de feu du Vélodrome et la passion débridée des fans phocéens n’a fait que décupler les talents de buteur du Sénégalais. En six saisons passées dans la cité phocéenne, il inscrit 71 buts en Ligue 1. Toutes compétitions confondues, « Mamade » a fait trembler les filets à 100 reprises en 227 matchs avec le maillot marseillais. Il est ainsi dans le top 10 des meilleurs artificiers de l’histoire du mythique club, devant d’autres légendes comme Didier Drogba (32), Alen Bokšić (31) même s’il a disputé plus de matchs. L’attaquant sénégalais était même le meilleur buteur de Marseille au 21ème siècle avant que Florian Thauvin ne batte ce record en novembre 2020. Le meilleur moment de sa carrière à Marseille s’est sûrement passé lors de la saison 2009-2010. Meilleur buteur avec 18 buts, il est le héros du sacre de l’Om qui n’avait plus remporté le championnat depuis 18 ans et l’année 1992. Les Phocéens avaient réalisé le doublé en remportant aussi la Coupe de la Ligue.

Souleymane Diawara, le teigneux défenseur

Passé par Le Havre, Sochaux, Charlton en Angleterre, Souleymane Diawara est retourné en France où il s’est engagé à Bordeaux en août 2007. Sous la direction de Laurent Blanc, il devient l’un des meilleurs défenseurs de France. Vainqueur de la Ligue 1, du Trophée des champions et de la Coupe de la Ligue avec les Girondins, il a filé à Marseille en août 2009. Grâce à son esprit de guerrier, il est rapidement adopté par les passionnés supporteurs de Marseille qui font de lui l’un de leurs idoles. Sur les pelouses, « Souley » se donne toujours à 100% et intimide les attaquants qui se mettent en travers de son chemin. Dès sa première année, Marseille renoue avec le titre de champion et obtient la deuxième meilleure défense grâce au grand apport de Diawara. Au cours de cinq saisons, il a remporté le championnat (2010), la Coupe de la Ligue (2010, 2011) et le Trophée des champions (2010, 2011) avec l’Om. En guise d’hommage après son départ, le numéro 21 que portait l’ancien international sénégalais a même été retiré.

Sylvain Ndiaye, deux saisons et une finale européenne

Sylvain Ndiaye fait partie de la belle épopée des « Lions » à la Can 2002 au Mali et au Mondial de la même année en Corée du Sud et au Japon. Avant de connaître la lumière à Lille, il a évolué dans plusieurs clubs dont Bordeaux, Martigues, La Gantoise, Toulouse. C’est à Lille, où il est arrivé en 2000, qu’il se fait un nom au point d’attirer le regard de Bruno Metsu, alors coach du Sénégal. Brillant à Lille, il a aussi séduit la direction de Marseille qui l’a recruté le 1er juillet 2003. Le milieu défensif, qui n’a jamais montré la pleine mesure de son talent avec le Sénégal, a porté les couleurs de l’Om de 2003 à 2005. Même s’il n’était pas indiscutable, il a souvent été aligné. En 2003-2004, il a joué un grand rôle avec 36 matchs dont 28 titularisations. Dans une équipe guidée par la star Didier Drogba, il a atteint la finale de la Ligue Europa perdue contre Valence (2-0). La saison 2004-2005 est moins prolifique pour lui avec 24 apparitions dont 16 titularisations. Il quitte Marseille en août 2005 pour Levante en Espagne.

Habib Bèye, talentueux latéral droit et capitaine

Comme Sylvain Ndiaye, Habib Bèye a aussi écrit l’une des plus belles pages du football sénégalais lors de la Can et de la Coupe du monde de 2002. Formé au Psg et passé par Strasbourg où il a remporté une Coupe de France en 2001, Habib Bèye a donné un coup de fouet à sa carrière quand il a rejoint Marseille en août 2003. En 2003-2004, il alterne entre les postes de latéral droit et défenseur central sans être un élément essentiel dans l’équipe coachée par Alain Perrin. Il monte en puissance sous la direction de José Anigo. En 2004-2005, Bèye est un élément clé du 11 olympien. Il totalise 38 matches à l’issue de la saison et met dans sa poche le public du Vélodrome. Une saison réussie sur tous les plans puisqu’il est même élu meilleur joueur de Marseille et meilleur latéral droit du championnat de France. Il gravi les échelons jusqu’à devenir le capitaine de l’Om en 2006-2007 avant de partir pour Newcastle. Sous le maillot marseillais, il a disputé un total de 174 rencontres.

Les Sénégalais ayant joué à Marseille

Boubacar Sarr « Locotte » (1975-1976, 1977-1984), Michel Ngom (1977-1981), Abdoulaye Diallo (1983-1990), Pape Abdoulaye Fall (1987-1988), Lamine Diatta (1999-2000), Lamine Sakho (2001-2005), Amadou David Mbodji (2002-2004), Rahmane Barry (2003-2007), Sylvain Ndiaye (2003-2006) Habib Bèye (2003-2008), Leyti Ndiaye (2004-2013), El Hadji Khalifa Ba (2003-2007), Djim Ngom (2005-2007), Mame Ndiaye (2005-2008), Papa Moustapha Diop (2005-2007), Mamadou Niang (2005-2011), Pape Mbow (2006-2013), Souleymane Diawara (2009-2014), Momar Bangoura (2011-2015), Modou Sougou (2012-2015), Ahmadou Bamba Dieng (2020)

SourceLesoleil
Article précédentBeach Soccer – L’équipe nationale a reçu ses primes : 3 millions par joueur et membre du staff technique, 6 millions pour l’entraineur principal
Article suivantAugustin Senghor: “L’objectif qu’on a fixé à Aliou Cissé pour la CAN au Cameroun n’a pas changé”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here