Daouda Faye “Vava”: “Il est grand temps que le Sénégal gagne une CAN de football”

Le Sénégal, l’un des grands absents africains au Mondial «Brésil 2014», va tenter de retrouver sa place dans le gotha du football africain, à l’occasion des éliminatoires de la Can 2015. Découragé par de nombreuses contre-performances, l’ancien ministre des Sports,
Daouda Faye «Vava» invite au sursaut pour enfin gagner une Can. Sans oublier d’investir dans les infrastructures, excepté pour la construction de l’arène nationale.

Abdou Diouf disait …

«Il est temps quand même que le Sénégal gagne une Coupe d’Afrique des nations de football. C’est triste de voir des générations de football passer comme ça, sans gagner une Coupe d’Afrique. Quand l’équipe part à la Can, il faut qu’il y ait quelqu’un qui sabote. On sabote tout, dans l’organisation et l’administration (…) Avec toutes les générations qui ont brillé partout, à travers le monde, on ne peut pas mettre un seul joueur pour nous amener la coupe». «Comme le disait Abdou Diouf, vous pouvez gagner toutes les coupes. Mais tant que vous ne gagnez pas la coupe de football, les autres ne seront pas contents.

En équipe nationale, on parle surtout de basket et de football. C’est là-bas qu’on connaît beaucoup de difficultés. Quand j’étais aux affaires, j’avais décidé qu’aucune fédération ne doit participer à des joutes internationales si elle n’organise pas de compétitions nationales régulières sur toute l’étendue du territoire national (…)». «Les Sénégalais ont envie d’avoir une Coupe d’Afrique. Maintenant, on dit qu’ils ont envie de se qualifier. Parce qu’on éprouve des difficultés pour se qualifier.Alors qu’avant, on y passe sans se poser beaucoup de questions».

Le Navétane au pouvoir

«Je pense que ce nous devons faire, nous Sénégalais, c’est de revoir notre système d’organisation. Même si le Navétane a pris le pouvoir au ministère, il faut qu’on essaie d’organiser le sport. C’est (le nouveau ministre des Sports, Matar Ba) un garçon qui me semble pragmatique et cohérent. Il semble qu’il est dans de bonnes dispositions pour réussir».

«Je l’ai entendu prendre des décisions pour composer son équipe. Je pense qu’il peut réussir et il a envie de réussir. Il faut l’aider pour ça et qu’on revienne au sport normal. Il faut qu’on revienne à des fédérations normales. La fédération est une association de clubs. Aucune personne physique ne peut aller adhérer à la fédération. Seuls les clubs sont membres de la fédération et désignent leurs représentants. Ce sont les clubs qui envoient leurs représentants au Comité directeur et au bureau de l’instance. Dans les commissions, on peut avoir des personnes ressources qui n’ont pas de voix délibératives. Ils n’ont que des voix consultatives». «C’est ça le principe. La Charte du sport le dit. Soit on change les textes pour décider finalement qui est membre d’une fédération. Il faut qu’on essaie d’aider le nouveau ministre pour cela».

Choix des collaborateurs

«Quand on est à ce niveau de responsabilité, le premier critère pour un nouveau ministre, c’est le choix des collaborateurs. Il faut qu’il choisisse bien ses collaborateurs. Il doit les choisir, certes, sur la base de la compétence, surtout de la loyauté en se basant sur les textes qui existent. Et ceux
qui ne sont pas applicables, il faut les changer. Il faut donc une synergie, qu’on voit ensemble comment l’aider». «Je lui souhaite bonne chance. Il faut qu’il consulte tout le monde et qu’il communique souvent. Vous avez vu, dans l’histoire de la gendarmerie. Le chef d’Etat major de la
gendarmerie, sa première réaction, c’était de convoquer ceux qui l’ont précédé. Il peut choisir parmi les anciens du ministère, les anciens de la fédération, échanger et discuter avec eux sur les différents problèmes pour avoir un brouillon de tableau de bord».

L’arène, «un luxe inutile»

«De toutes les façons, sa priorité, ce sont les infrastructures. Il faut réhabiliter les infrastructures en commençant par les stades Demba Diop et Léopold Sédar Senghor. Ça, c’est prioritaire même sur l’arène nationale. Ma position est connue, je suis contre l’arène. Parce que je ne vois pas pourquoi on doit construire une arène nationale à Dakar alors qu’il n’en existe pas à Kaolack, à Thiès, à Saint-Louis et dans les autres régions. Pour voir une arène, il faut venir à Dakar. Ça, ce n’est pas normal. Et puis une arène, c’est quoi ? Ce sont des tribunes aménagées et une aire de jeu pour lutter. Et ça, on peut l’avoir dans tous les stades».

«On n’a pas besoin de dépenser des milliards pour dire que ça c’est une arène nationale. Ça, c’est un superflu, un luxe inutile. C’est ma position, il en fera ce qu’il veut. S’il me consulte, je lui dirai ce que je pense. Et les gens n’aiment pas beaucoup consulter. Ils préfèrent jouer aux sorciers».

Mondial «Brésil 2014»

«Il faut aussi se féliciter de la bonne organisation du Mondial. Parce que le Brésil, malgré les événements qui ont précédé la Coupe du monde avec ces manifestations violentes populaires, a bien géré jusqu’à la fin».

«Nous avons assisté à une bonne Coupe du monde 2014 de football. Et en définitive, ce sont les quatre meilleures équipes qui sont allées en demi-finale. Je veux dire les meilleures du moment. On ne pouvait pas avoir mieux que l’Allemagne, l’Algérie, les Pays-Bas et le Brésil. Honnêtement, c’était le carré. Les autres ont bien joué, mais les meilleures du moment, c’était ça. Et la quatrième place du Brésil est bien méritée».

Ballon d’Or de Messi

«Par contre, comme tout le monde l’a dit, le meilleur joueur du tournoi, c’est Robben. Il a mieux joué que tout le monde dans ce tournoi là. C’était tellement simple. Sinon, il faut faire du gardien de but (Manuel Neuer, Allemagne), le meilleur joueur du tournoi. Parce que c’était lui le meilleur. Messi était même gêné quand il allait chercher son trophée. Des Argentins comme Diego Maradona ont dit non. Le président de la Fifa a dit, lui aussi, qu’il était surpris par ce choix». «C’est vrai que Messi a fait quelque chose pour l’Argentine. Quand l’équipe était en difficultés, c’est lui qui réglait les problèmes.
Et Robben l’a fait et même plus». ministre des Sports, Daouda Faye «Vava» invite au sursaut pour enfin gagner une Can. Sans oublier d’investir dans les infrastructures, excepté pour la construction de l’arène nationale.

LePop

Dans la même catégorie

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *