La génération dorée française l’a finalement fait. Après des années de déceptions et de performances en dessous des attentes, l’équipe nationale de la France est en finale de la Coupe du Monde, pour la troisième fois de son histoire. Beaucoup pensait que ce groupe de joueurs ne réussirait jamais à trouver l’alchimie parfaite et qu’on ne se souviendrait d’eux que comme une équipe de grandes individualités plutot que des individus formant une grande équipe. Mais ils ont appris de leurs erreurs, ont acquis encore plus d’expériences et ont finalement réussi à réaliser leur véritable potentiel, et avec la manière. Didier Deschamps a été l’architecte principal de ce succès, et l’entraineur des Lions Aliou Cissé devrait s’inspirer de lui pour emmener son équipe jusqu’au bout en 2019.

Mondial 2014 et CAN 2015

Le Mondial 2014 des français ressemble grandement à la CAN 2015 des sénégalais. La France arrivait en Coupe du Monde pleine de confiance avec sa nouvelle génération, 4 ans après le fiasco de Knysna. Jusqu’où la génération dorée des Griezmann, Pogba, Benzema et autres réussirait-elle à aller? Une chose est sûre, étant dans une poule abordable, une élimination avant les quarts de finale serait un échec. Comme prévu, les français survolent leur groupe en battant le Honduras, la Suisse et l’Équateur avant de disposer du Nigéria en huitième de finale. De même, le Sénégal se qualifie à la CAN 2015 en sortant du groupe de la mort, suscitant une énorme confiance, et parvient a s’imposer face au Ghana lors de la première journée. Mais comme les français, le manque d’expérience éliminera le Sénégal qui perd le dernier match de poule décisif 2-0 face à une équipe d’Algérie mondialiste et réaliste qui a su faire le nécessaire. Pour une équipe qui avait raté la CAN 2013, et s’était retrouvée, après deux tirages, dans le groupe de la mort à deux reprises, les Lions n’avaient pas démérité et pouvaient même espérer mieux si ce n’était pour le chamboulement d’équipe inexplicable d’Alain Giresse pour le second match face à l’Afrique du Sud. De même, l’Allemagne de Philipp Lahm éliminera logiquement la France en quart de finale du Mondial 2014, grâce à son talent et son expérience. Ce fut deux campagnes pleines de leçons pour les deux équipes, deux générations dorées encore jeunes et inexpérimentées qui voudront se racheter.

Euro 2016 et CAN 2017

Ils croyaient tous que c’était la bonne, côté français comme sénégalais. Les bleus continuaient leur aventure avec Didier Deschamps tandis que les Lions allaient à la CAN avec un nouvel entraineur: Aliou Cissé. Les français se renforcent d’ailleurs avec des joueurs qui montent en puissance tels que Umtiti et Kanté. Le Sénégal fait de même avec les arrivées de Koulibaly et Keita Baldé. Mais les deux équipes vont se faire éliminer de façon imprévue, face à des équipes qui pourtant n’étaient pas si attendues que ça: Portugal et Cameroun. Adversaires talentueux certes, mais la France et le Sénégal étaient néanmoins favoris dans ces rencontres, les français évoluant même à domicile. Énième désillusion laissant supposer que ce ne sera jamais la bonne. La meilleure équipe française depuis 98 et la meilleure équipe sénégalaise depuis 2002 disait-on? On les voyaient peut-être trop beaux trop tôt.

Mondial 2018 et CAN 2019

Nous arrivons à la partie intéressante. Nous ne plaidons pas pour un nouvel entraineur pour le Sénégal car force est de constater que le travail et la persévérance finissent par payer. Si ce n’était pour Didier Deschamps, la France ne serait pas à deux doigts d’une deuxième étoile sur son maillot. Le travail du coach ne peut pas être négligé car Deschamps a pris des décisions fortes en écartant des joueurs comme Benzema et Rabiot et en imposant une révolution tactique dans l’équipe, en mettant notamment Matuidi comme excentré gauche pour soutenir Hernandez dans le travail défensif. Il a fait taire les critiques et a redonné l’espoir à son groupe après la douloureuse défaite en finale de l’Euro. Tout ceci pour dire que le travail tactique et mental fini toujours par payer quand on a les moyens, l’expérience et la connaissance. On dira toujours que le football contient un brin de chance, mais souvent la chance doit être forcée, et l’équipe qui devrait s’imposer le fera si elle ne pense pas qu’elle ne doit pas travailler autant ou même plus que les autres. En 2014, c’est Hummels qui devance Varane pour mettre une tête envoyant la Mannschaft en demi-finale. Quatre ans après c’est Varane qui met la tête qui envoie la France en demi finale. Rien ne se fait au hasard. Même si la révolution tactique et stratégique sous Deschamps a été un facteur déterminant, l’équilibre dans le choix des hommes aura été tout aussi vital. L’expérience y est avec Lloris, Matuidi et Varane, 32, 31 et 25 ans respectivement, (notant que Varane est très experimenté pour son âge ayant signé au Real à 17 ans et déjà remporté 3 Champions League) les joueurs arrivant à maturité y sont avec Griezmann, Pogba, Kanté et Umtiti et les jeunes pousses y sont avec Mbappé et Pavard.

Le Sénégal revient aujourd’hui d’une Coupe du Monde, expérience de plus pour Aliou Cissé qui veut dire qu’il arrivera à la CAN avec l’expérience de deux grandes compétitions, comme Deschamps avant Russie 2018. Le Sénégal sera encore une fois à la tête du classement FIFA de la CAF lors de la prochaine publication du classement et fait déjà parti des 3 voire 2 meilleures équipes africaines sur le papier. Le Sénégal doit remporter la prochaine CAN, mais quelque chose devra changer et c’est au staff technique de le déterminer. Aliou Cissé disait après l’échec du Mondial 2018 qu’il n’avait aucun regret. Il faudra forcément en avoir et faire preuve d’humilité si on veut changer quelque chose, atteindre nos objectifs et réaliser notre vrai potentiel.