A un poste où la priorité ne va pas toujours à la compétence, les prestations de l’ancien défenseur en tant que consultant football, sur Canal+, sont franchement réjouissantes, estime notre chroniqueur Jérôme Latta.

Chronique. Les retransmissions sportives sont souvent des moments de souffrance, non pas parce que l’athlète ou l’équipe que l’on soutient perd, mais parce que le spectacle est régulièrement gâché par son commentaire. Analyses scabreuses, hululements, indignations, chauvinisme, lourdeur, la gamme des douleurs infligées est assez large.

Aussi est-ce peut-être en toute relativité que certains commentateurs apparaissent comme des bénédictions. Prenez Habib Beye, dimanche soir au micro de Saint-Etienne/PSG sur Canal+. La voix et le propos sont posés, les remarques pertinentes, l’attitude modeste.

Il y a quelque chose de l’ordre du soulagement à l’entendre, aussi bien lors des rencontres que des émissions, fût-ce en compagnie de journalistes et consultants parmi les plus exaspérants – aux côtés desquels il œuvre en alternance avec Eric Carrière, auquel on a pareillement envie de rendre grâce.

Le contraste est tel qu’on soupçonne même une stratégie de compensation délibérée de la part de la chaîne. C’est toujours mieux que certains talk-shows qui ont fait, ailleurs, le choix d’une médiocrité intégrale afin de ne vexer personne, mais cela condamne par exemple le Canal Football Club à des instants pendant lesquels le malaise des participants est aussi pesant que les réflexions de Pierre Ménès.

Beye et Carrière n’ont pourtant pas besoin de ces castings extrêmes pour valoriser leur travail. Car ils travaillent. « Je m’interdis d’aller à une émission ou de commenter un match sans être préparé à 200 % », a récemment affirmé le premier sur mycanal.fr. 

Lui qui admet avoir « un ego important » ne se croit pas omniscient pour autant, et ses propos enrichissent vraiment la retransmission. Il faut néanmoins espérer que l’exigence dont Habib Beye fait preuve envers lui-même ne s’étiole pas à l’avenir : avant lui, combien de consultants prometteurs se sont égarés !

Incompétence décomplexée

On l’a un peu oublié, mais lorsque Franck Lebœuf et Christophe Dugarry entament leurs carrières médiatiques sur M6, lors de la Coupe du monde 2006, c’est un enchantement. On leur trouve alors de la « fraîcheur », un franc-parler, un œil nouveau sur le jeu. Douze ans plus tard, ils participent à la vitupération permanente autour du football et incarnent l’incompétence décomplexée du consultant à la française.

Excès d’autosatisfaction à l’écoute des éloges, encouragements à se conformer à la médiocrité de rigueur, paresse ? On pointera volontiers la « larquéïte », une pathologie de la vésicule biliaire qui plonge sa victime dans l’aigreur et le dénigrement compulsif propre à l’ancien consultant historique de TF1 Jean-Michel Larqué.

La « demande » formulée par les médias employeurs est certainement au cœur du problème. La recherche de noms prestigieux conduit souvent à privilégier d’anciens joueurs. Alors que, même si Bernard Lacombe a encore tout récemment estimé qu’il faut avoir connu le haut niveau pour être autorisé à émettre des avis, ce n’est en aucun cas une garantie de compétence.

On est même frappé par l’incapacité de certains « ex » à sentir le jeu. Leur méconnaissance des lois du jeu ne semble pas non plus constituer un handicap pour alimenter la critique obsessionnelle des arbitres. Encore un domaine dans lequel Beye et Carrière se distinguent positivement.

La position du commentateur

La nécessité (en France) de commenter en continu, sans jamais accorder au téléspectateur un peu de silence, explique peut-être la difficulté de prendre du recul en direct. Elle conduit notamment à paraphraser le score et à passer à côté d’un changement du rapport de force entre les équipes.

La position du commentateur – en tant que journaliste ou consultant – est prestigieuse mais peu confortable, en réalité. Il est ardu, voire impossible, de répondre à toutes les aspirations. Il faut en effet vulgariser, s’adresser à l’audience majoritaire, se mettre en quelque sorte à son niveau, faire œuvre de pédagogie. Etre un bon passeur, en somme.

Cela suscite souvent de la frustration au sein de la frange la plus « éclairée » du public, dont le niveau d’exigence est plus élevé, mais un commentaire trop savant serait sélectif. Le bon compromis est donc difficile à trouver – ce qui n’excuse pas le choix récurrent d’un nivellement par le bas.

La solution réside probablement dans un parti pris qu’illustrent assez bien les bons commentateurs : ne pas prendre les gens pour des imbéciles et ses opinions pour des vérités révélées, entretenir une saine distance avec son métier. Habib Beye, qui prépare ses diplômes d’entraîneur, a déclaré en décembre : « Si dans dix ans je suis toujours à la télé, je n’aurais pas raté ma vie, mais j’aurais raté ma vocation. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here