Compartiments du jeu – Beaucoup d’écarts entre les lignes

ANALYSE

Le miracle n’a pas pu eu lieu à Abidjan samedi. Devant la Côte d’Ivoire les «Lions» ont sombré (4-2) laissant apparaître des défaillances dans toutes les lignes à corriger avant la manche retour prévue le 12 d’octobre.

DEFENSE

Fébrile et attentiste en 2e période

C’est une défense inédite que Joseph Koto a aligné devant la Côte d’Ivoire samedi. A part Cheikh Mbengue à gauche, la charnière centrale composée de Cheikhou Kouyaté et Pape Samba Guèye jouait pour la première fois en équipe A, et la troisième fois ensemble après deux matches aux Jo-2012. A droite Lamine Sané qui souffrait de problèmes gastriques, a été remplacé par Jacques Faty. Une ligne qui a été fébrile hésitante et a fait montre d’une couverture mutuelle défectueuse. Devant les Drogba, Salamon Kakou, Gervinho et Kader Keïta, les hommes de derrière ont tenu tant bien que mal contenu les assauts ivoiriens en première période.

Cheikhou Kouyaté impérial dans les airs et les couvertures pesait lourd devant Drogba. Cheikh Mbengue freinait les courses de Gervinho, défendait debout… Et proprement. La preuve, la défense n’a perdu aucun de leurs 5 duels durant les premières 45 minutes. Mais la machine s’est déréglée en deuxième période. La sortie de Kouyaté sur blessure, remplacé par Kader Mangane, ajoutée à la fatigue de Mbengue qui s’est livré à beaucoup de corps à corps, a désarticulé la défense. En plus, les milieux excentrés Sadio Mané (droite), Dame Ndoye (gauche) ont été inexistants dans la reconversion défensive, laissant seuls Jacques Faty et Cheikh Mbengue, impuissants, devant les percussions ivoiriennes.

MILIEU

Les excentrés ont failli

Dans un système de 4-5-1, les excentrés sont toujours appelés à défendre et à bien se déployer en cas de phases offensives. Ce qui n’était pas le cas avec Dame Ndoye et Sadio Mané. Ce dernier s’est perdu dans ses déchets techniques, oubliant en plus de lâcher trop vite le cuir. Pis, on ne l’a pas senti pesé dans le marquage dans son couloir devant Kader Keita. Dame Ndoye de son côté n’a pas aidé Cheikh Mbengue qui a été souvent pris à deux.

Les trois récupérateurs Mohamed Diamé, Ricardo Faty et Gana Guèye, eux aussi, ont erré comme des âmes perdues dans l’antre du «Felicia». Diamé n’a pas touché plus de six ballons en 90 minutes. Ricardo perdait la balle très vite. Et pourtant en face, Yaya Touré et Zokora n’ont pas été dans leurs beaux jours. La rentrée de Kara Mbodj à la place de Diamé (86e) ne changera pas la donne. Le Sénégal a commis 18 fautes contre 6 pour la Côte d’Ivoire.

ATTAQUE

Deux buts surprises

Avec le capitaine Papiss Demba Cissé seul en pointe aidé par les deux excentrés Dame Ndoye et Sadio Mané sur les côtés, l’attaque du Sénégal n’a jamais pris à défaut l’axe central Kolo Touré et Souleman Bamba. Le premier tir cadré sénégalais est intervenu à la 24 minute par l’intermédiaire de Mané. C’est au moment où les «Lions» étaient dominé dans le jeu, qu’ils ouvrent le score. Sur une reprise de volée splendide de Dame Ndoye, partie hors des 16,5 m, Copa Barry est cloué sur ses appuis (34e). Si ce but surprise a pris de court les ivoiriens, on n’a pas cependant senti une réelle menace des joueurs offensifs sénégalais sur la défense ivoirienne. Papiss Cissé n’a touché durant toute la rencontre que 11 ballons. Son but (60e), d’une tête malicieuse qui a lobé Copa Barry, sur une longue transversale de Sadio Mané, a «sauvé» sa terne prestation. Les attaquants n’ont tiré que quatre fois au but, dont deux buts. Efficace certes, mais insuffisant pour refaire leur retard.

Papa Lamine NDOUR

Légende

La défense à l’image de Papa Guèye, a fait montre d’une fébrilité inquiétante.

Dans la même catégorie

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *