L’élimination du Jaraaf de Dakar en barrages de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) laisse couler beaucoup d’encres. Une lourde défaite (5-1) devant la RS Berkane prive le champion du Sénégal de phase de groupes, alors qu’il s’était imposé à l’aller (0-2). Un nouvel échec qui s’interroge sur le véritable niveau des clubs sénégalais qui n’arrivent pas à créer l’exploit comme l’avaient fait la Jeanne d’Arc de Dakar. Pour décrypter ces échecs répétitifs, nous avons interrogé deux spécialistes.

, Clubs sénégalais en Coupes d’Afrique : Pourquoi tant d’échecs ?, www.igfm.sn

Abatalib Fall, entraîneur de football : « Nos clubs ne sont pas encore prêts »

« Nos clubs ne sont pas encore prêts pour les grandes compétitions. Ils sont en difficulté sur la plan local où parfois, ils ont du mal à gérer les regroupements.

L’Afrique est un autre volet, je pense qu’il faudra investir pour aller en phase de poules. Les clubs ne sont pas structurés, seuls les présidents sortent de leurs poches pour financer ou payer les salaires. Ce qui est impossible. Le championnat est le navetane amélioré. Ça tarde à s’améliorer avec le non paiement des salaires.

Je me rappelle, avant, on payait bien les salaires et les dirigeants étaient meilleurs que ceux d’aujourd’hui. Dans les années 90, on n’avait pas ces problèmes là. Donc, je pense qu’il faudra revoir beaucoup de choses parce qu’on cache tellement de choses. Beaucoup vivent pour leur propre intérêt et non pour l’intérêt des clubs. Mieux vaut tirer pour l’intérêt de tout le monde. »

, Clubs sénégalais en Coupes d’Afrique : Pourquoi tant d’échecs ?, www.igfm.sn

Cheikh Sidy Bâ, ancien international : « Aucune organisation professionnelle »

« Nos clubs ne boxent pas dans la même catégorie par rapport à ce qui se fait de mieux en Afrique. Nos effectifs sont faibles et nos clubs sont mal organisés. Il n’y a pas une organisation professionnelle. On voit certes de la qualité dans les staffs techniques mais la quantité manque.

Je pense que nos joueurs ne sont pas de classe mondiale dans ce championnat. Ce qui fait que dans le championnat, il manque de rythme dans le jeu. C’est la raison pour laquelle, nos équipes ont souvent des problèmes en Afrique. Ils sont assez limités et je pense que c’est un ensemble qui fait qu’ils ont actuellement d’énormes problèmes. »