A 43 ans, Cheikh Guèye va prendre les rênes du Jaraaf de Dakar, en remplacement de Malick Daf. Une nouvelle expérience dans la carrière de ce jeune entraîneur qui reste sur une pente ascendante depuis son passage sur le banc de Guédiawaye Football Club, en 2017.

En l’espace de quatre ans, son nom est devenu familier dans le landerneau footballistique sénégalais. Inconnu du grand public avant 2017, Cheikh Guèye est devenu un entraîneur qui compte. Sur son CV, il compte Guédiawaye FC, le Stade de Mbour, la Sonacos et l’AS Kaloum. Et presque partout où il est passé, il a montré sa patte. Officialisé entraîneur principal de GFC en janvier 2017, après le limogeage de Youssouph Dabo, dont il a été l’adjoint à son arrivée en 2015, il permet au club de terminer deuxième du championnat de Ligue 1 lors de la saison 2016-2017, derrière Génération Foot. Comme si son destin était lié à celui de l’actuel entraîneur de Teungueth FC qui avait rejoint le Stade de Mbour après son départ de Guédiawaye, le natif de Nguekhokh (département de Mbour) a aussi connu le banc de la formation de la Petite Côte, après avoir dirigé celui de la Sonacos pendant 10 journées de championnat. Un hasard et un parcours que Dabo prend avec philosophie. «On remplace toujours quelqu’un. Je suis un jeune entraîneur, il est un peu plus âgé que moi, dit-il. Je n’ai encore rien fait dans le football pour que lui ou quelqu’un d’autre essaye de suivre mes pas. Il suit son chemin comme je suis le mien, comme d’autres suivent les leurs. On est tous des jeunes entraîneurs.»

Un produit de l’école espagnole

Et quelques années plus tard, côtoyé au Guédiawaye FC, le coach de Teungueth le décrit comme un «passionné» qui aime «discuter de football». «C’est déjà l’une de ses qualités. C’est un jeune entraîneur qui essaye tout le temps de s’améliorer. Il est curieux aussi, parce qu’il est tout le temps dans la recherche des choses qui peuvent l’améliorer et améliorer son équipe. C’est une qualité pour un entraîneur. Il a des idées claires par rapport à ce qu’il veut.» Son expérience au Sénégal désormais reconnue, il avait récemment accepté de devenir entraîneur de l’AS Kaloum en novembre 2020. Mais il n’est resté avec l’équipe guinéenne que trois mois. Manager général du club guinéen, Amara Traoré a été le principal artisan de son arrivée. Et pendant les trois mois qu’il l’a côtoyé, l’ancien sélectionneur national a appris à connaître l’homme. «C’est un jeune entraîneur qui est en train de faire son chemin, qui accepte d’avoir des repères, un mentor, dit-il. Il fait partie des futurs de ce pays, parce qu’il est humble et accepte la communication, la contradiction. Il est véridique, même si parfois, par maladresse, il est chaud. Tout ce qu’il dit, c’est de bonne foi.» Mais surtout, il a découvert la facette du technicien. «C’est un garçon compétent avec le sens de l’organisation. J’ai des paramètres pour pouvoir apprécier un entraîneur. Je vois son travail dans le championnat sénégalais. J’écoute son discours. Je vois sa théorie et ses contenus. Je sais que si on l’accompagne, il peut faire de très bonnes choses. Cheikh a la formation espagnole qui est le tiki-taka (un style de jeu footballistique, caractérisé par le mouvement continu du ballon autour d’une série de passes rapides, permettant la conservation du ballon), la conservation du ballon. C’est un peu le football méditerranéen, avoir la possession avec un objectif.» Le même témoignage est fait par Youssouph Dabo qui voit chez son ancien adjoint un entraîneur qui veut toujours gagner en ayant la possession.

Titulaire de la licence UEFA Pro

Si l’ancien président de la Linguère de Saint-Louis fait référence au football espagnol pour caractériser Cheikh Guèye, c’est parce que ce dernier a fait ses classes au pays de La Liga. Formé en Espagne, le nouvel entraîneur du Jaraaf a fait la plus grande partie de sa carrière de technicien dans le championnat amateur espagnol. Loin du Sénégal, il débute sa première véritable expérience d’entraîneur à l’Académie Atletic Serge et Sosses Senior, clubs amateurs, entre 2007 et 2013. Cet apprentissage réussi, il dirige, pendant une saison (2014-2015), l’équipe de Mig Segria, avant de rentrer au bercail. Et à chaque fois, c’était avec le costume d’entraîneur principal. Et après 14 années de pratique sur le banc, dont ses deux expériences espagnoles qui lui ont permis d’avoir «le sens de l’organisation», il a récemment reçu de la fédération espagnole de football la Licence UEFA Pro, le même diplôme d’entraîneur que Zinedine Zidane, Pep Guardiola et Carlo Ancelotti.

Au Jaraaf, Cheikh Guèye va découvrir la compétition africaine avec la Coupe de la Confédération africaine de football (Caf). Et malgré un manque d’expérience à ce niveau, le nouveau patron du banc des «Vert-Blanc» pourra compter sur le soutien des caciques du club, à l’image de Amadou Diop «Boy Bandit», Pape Ciré Dia, Ndoffène Fall ou encore Mbaye Mbengue (Mbenguass) qui ont l’expérience des compétitions pour «l’encourager, l’épauler et l’encadrer» dans sa nouvelle mission.

SourceLobs
Article précédentTeungueth FC – Youssouph Dabo évoque son choix
Article suivantCoupe de la CAF : la Fédération accorde une subvention au Jaraaf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here