Can 2019- Le “damage control” nécessaire pour l’équipe d’Aliou Cissé

    0
    CAIRO, EGYPT - JUNE 23: Mbaye Niang of Senegal reacts during the 2019 Africa Cup of Nations Group C match between Senegal and Tanzania at 30 June Stadium on June 23, 2019 in Cairo, Egypt. (Photo by Sebastian Frej/MB Media/Getty Images)

    La défaite de l’équipe du Sénégal face à l’Algérie avait un goût particulièrement amer. Amer tout d’abord car la hiérarchie n’a pas été respectée. Aujourd’hui, le Sénégal tient en ses rangs des joueurs ayants joué deux, voire trois Coupes d’Afrique, et même une Coupe du Monde.

    En plus, pour la troisième CAN d’affilée, le Sénégal se retrouve dans le même groupe que l’Algérie, après avoir été éliminé par les Fennecs 2-0 en 2015 et après les avoir tenu en échec 2-2 lors du dernier match de poule en 2017. La défaite en 2015 était compréhensible, étant donné que l’Algérie était mondialiste, première équipe africaine au classement FIFA avec des joueurs d’expérience comme Madjid Bougherra ou encore Medhi Lacen, et le Sénégal était une équipe en reconstruction. Mais aujourd’hui, le Sénégal est la première équipe africaine et a le statut de mondialiste, et donc ne peut se permettre de perdre face à une Algérie en reconstruction, et sortir comme excuses que trois titulaires étaient blessés.

    Revenons sur des articles écrit précédemment qui sont sûrement tombés sur des oreilles sourdes, notamment les oreilles sourdes du staff technique de l’équipe. Avant le Mondial en Russie, dans un article publié sur Galsenfoot.com, je disais qu’il y avait un manqué de leadership cruelle dans la défense du Sénégal, dû notamment à l’absence de Kara Mbodj :

     

    Kara manque à la défense

    Coupe du Monde terminée: raisons d’une élimination prématurée

    Non-sélection de Kara Mbodj : Cissé mourra-t-il avec ses idées ?

    Certes, le staff est mieux outillé pour tirer des conclusions sur l’état réel de forme des joueurs, mais si Kara dit lui-même qu’il était prêt, notamment vu sa bonne entrée en jeu face aux Croates à Osijek, on ne peut que blâmer le staff technique pour n’avoir même pas considéré le faire entrer pour barricader la défense face à la Colombie, après les échos du but polonais face au Japon.

     

    Aujourd’hui la liste d’Aliou Cissé a déjà été concoctée et plusieurs joueurs sont déjà blessés. Donc pour espérer arriver le plus loin possible dans cette compétition, il y a un « damage control » nécessaire à faire pour le staff technique des Lions, en mettant certains joueurs sur le banc immédiatement pour ne plus avoir de regrets et en changeant le dispositif tactique :

    Moussa Wagué doit céder sa place

    ​Moussa Wagué joue au Barça diront certains (s’entraine serait d’ailleurs le terme adéquat), mais c’est sans oublier que la philosophie de jeu au Barça est complètement différente des réalités africaines. Wagué doit muscler son jeu pour prétendre être titulaire dans cette équipe du Sénégal. Au Barça, il n’a pas besoin de le faire, puisque son équipe aura toujours le monopole du ballon. Au Mondial de l’année dernière, sa titularisation aurait dû être vu comme un des plus gros points d’interrogation sur les décisions du staff technique. Comment un joueur de 19 ans peut être titulaire dans une phase finale de Coupe du Monde après avoir jouer une seule saison en tant que footballeur professionnel en Europe ? Face au Kenya lundi, il faut rétablir Lamine Gassama à son poste.

     

    Kouyaté doit céder sa place et être ôter du brassard de capitaine

     

    Cheikhou Kouyaté a longtemps été un fidèle serviteur de l’équipe du Sénégal et un joueur respecté dans le plus grand championnat du monde. Mais force est de constater que depuis 2 saisons, il est complètement dépassé par les évènements. En ce qui concerne, le capitanat comment le staff technique peut désigner comme capitaine un joueur qui n’est ni un meneur d’homme naturel, ni un leader technique, d’autant plus qu’il n’a jamais porté un brassard en club de toute sa carrière ? Vu que Kara n’est pas là, espérons que Salif Sané revienne et donnons le brassard définitivement à Gana Gueye ou à Sadio Mané.

     

    L’animation offensive est stagnée par le placement de Mané à gauche et de Keita à droite.

     

    À la Masia et à la Lazio de Rome, Keita Baldé a été formé  comme un spécialiste du poste d’ailier gauche, d’où ces points forts que sont piquer dans l’axe et les frappes enroulés en finesse. En le mettant à droite, on compromet sa panoplie principale et on restreint son jeu au débordement, ce qui est à l’origine de son match catastrophique face à l’Algérie et du mal qu’il a eu à apporter sa contribution.

     

    On me dira que Keita joue à droite pour permettre à Mané de jouer à son poste habituel en club. Mais, c’est sans essayer de se souvenir de la raison pour laquelle Mané joue à gauche en club. Lors de sa première saison à Liverpool, Sadio Mané évoluait comme ailier droit avec Coutinho à gauche et Firmino en pointe. Ce fut d’ailleurs sa meilleure saison en Red, d’où son prix de meilleur joueur de la saison 16-17. C’est à cause de l’arrivée de Salah que Mané est passe à gauche, car il est plus capable d’y jouer que Salah, dont les points forts sont justement comme ceux de Keita Baldé, mais sur le flanc opposé. Pourquoi Mané a effectué un meilleur match lors de la finale de Ligue des Champions 2018 face au Real que lors de celle de 2019, même si la dernière s’est soldé par un résultat positif ? C’est parce que Salah s’est blessé tôt dans le match à Kiev et donc Mané a finalement pu évoluer à droite, où il a même failli marquer un second but en finale suite à sa frappe du gauche qui heurte le poteau de Navas.

     

    Pour conclure, étant donné qu’il n’y a pas de meneur de jeu confirmé dans cette équipe du Sénégal, malgré le fait qu’on essaye de brûler des étapes avec Krépin Diatta, il serait intelligent de revenir aux fondamentaux du football sénégalais, basé sur le 4-4-2 avec Sarr à droite, Ndiaye et Gana au milieu, et Krépin à gauche (d’autant plus que pendant toute la saison Krépin jouait milieu gauche à Bruges) et de lancer Mané et Niang en attaque pour le match face au Kenya, car le mal est déjà fait et il faut à tout pris gagner. Si on décide de rester 4-3-3, il faut apporter les ajustements citer précédemment à l’animation offensive.

     

    Abdoulaye SARR

    asarr97@gmail.com

    AUCUN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here