PARTAGER

Le tirage au sort de la 31e édition de la Coupe d’Afrique 2017, effectué mercredi dernier au Gabon, a mis les «Fennecs», les «Aigles de Carthage» et les «Guerriers» du Zimbabwe sur le chemin des «Lions». De quoi arracher le «sourire» à certains internationaux algériens qui se sont déjà payé le scalp des Sénégalais. 

Ce n’est pas abusé de dire que la poule B, regroupant l’Algérie, la Tunisie, le Sénégal et le Zimbabwe, sera l’une des plus difficiles à la prochaine Can, prévue du 14 janvier au 5 février 2017 au Gabon. La preuve, le dernier classement-Fifa place le Sénégal deuxième au rang africain, après la Côte d’Ivoire (championne d’Afrique). Juste derrière, ses prochains adversaires de la Can 2017 : l’Algérie (3e) et la Tunisie (4e). Les «Lions» version Aliou Cissé qui ont aligné 6 victoires en autant de sorties lors des éliminatoires de la Can 2017 et démarré du bon pied la qualification au Mondial 2018, ont grignoté 7 points, passant de la 39e à la 32e place. Malgré tout, les «Lions» ne font pas peur aux «Fennecs» d’Algérie. Saphir Taïder, un des leurs, s’est confié à nos confrères du site algérien «Lebuteur». Le milieu de terrain du FC Bologne (Série A-Italie) bombe le torse : «Aucune équipe ne nous fait peur. Le Sénégal est une équipe qui nous réussit bien. On l’a déjà battu (2-0) lors de la précédente CAN (en 2015 en Guinée-Equatoriale) et même lors d’un match amical (1-0, le 13 octobre 2015 à Alger). On a une idée sur les Sénégalais. Maintenant d’ici au match, on aura une meilleure idée sur cette équipe. On va bien se préparer pour cette CAN. Une CAN se prépare bien avant et c’est ce que nous allons faire. Il faut aussi être bien concentrés durant le tournoi pour essayer de réaliser de bons résultats. On aura deux bons adversaires qui jouent bien au ballon, la Tunisie et le Sénégal, notamment ce dernier qui a fait un bon parcours lors des éliminatoires. Le Zimbabwe est une équipe qu’on ne connaît pas bien. Cela dit, il faut être méfiants.»

A l’instar de Saphir Taïder, un autre joueur algérien qui sera très attendu à cette Can, a réagi après le tirage. Islam Slimani s’est également réjoui du tirage au sort. Selon le sociétaire de Leicester, le tirage au sort dans une compétition aussi relevée ne signifie pas grand-chose, même s’il est clair que jouer les meilleures équipes actuelles fait peur à plusieurs observateurs. «Il n’y a pas de CAN facile. Le tirage au sort est ce qu’il est, l’essentiel est de tout faire pour honorer les couleurs», déclare l’attaquant algérien qui estime que les couleurs du pays doivent à tout prix être honorées lors de la Can gabonaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here