PARTAGER

Formé à Diambars, l’actuel sociétaire d’Osmanlispor (Superlig Turc), Pape Alioune Ndiaye dit Badou prendra part comme Abdoulaye Diallo, Pape Seydou Ndiaye, Kalidou Koulibaly à la première Coupe d’Afrique des Nations de sa carrière.

Approché par sportsenegal.com à la fin du premier galop d’entrainement des Lions de la Teranga ce lundi soir au stade Léopold Sédar Senghor, Badu comme l’appellent les plus intimes est revenu sur ses impressions avant l’ouverture de la grande messe du football africain qui se tiendra du 14 janvier au 5 février prochain au Gabon.

[themoneytizer id=”9390-28″]

 

Pape Alioune, vous êtes parmi les 23 devant disputer la CAN 2017 au Gabon, votre première. Comment avez-vous accueilli votre convocation ?

Ça fait toujours plaisir d’être choisi parmi ceux qui doivent porter les couleurs de son pays. Je suis plus que fier de venir défendre ma patrie. J’ai hâte de découvrir la compétition. Ça va être une belle expérience pour moi et pour tout le monde aussi. Après c’est une compétition et il va falloir se donner à fond et faire tout son possible pour satisfaire son peuple.

Vous êtes considérés comme étant les favoris de la CAN.

Est-ce réellement un statut que vous méritez ?

Ecoutez, c’est ce que beaucoup disent depuis notre qualification. Mais le plus important pour nous est ce que nous allons montrer sur le terrain. Nous allons travailler dure pour être au meilleur de notre forme. Et pouvoir bien défendre notre nation sur le terrain.

Avez-vous une équipe à craindre dans cette CAN ?

Je pense que si les autres équipes ne craignent pas le Sénégal, ce n’est pas au Sénégal de les craindre. Nous ne sommes pas arrogants mais c’est juste que nous sommes confiants et nous savons ce que nous voulons faire. Nous essayerons de tout faire pour répondre présents. Et mieux faire que lors des précédentes éditions.

Mais il y a quand-même de grandes équipes dans votre poule…

Comme je vous l’ai dit, nous allons nous battre pour faire mieux que lors des CAN précédentes. Il ne faut pas trop se focaliser sur nos adversaires. Eux aussi pensent  à nous. Donc, il n’y a rien à craindre.

Parle-nous un peu du championnat turc, où vous vous débrouillez bien avec Osmanlispor…

Oui, le championnat turc est ce qu’il est. Comme vous le savez bien, c’est ma deuxième année là-bas. J’y continue ma progression. Je me sens bien là-bas et j’espère que ça va continuer.

Et le mercato alors, vous êtes annoncé sur le marché des transferts. Qu’en est-il ?

Oui je devais partir depuis le début de la saison mais mon club n’a pas souhaité de se séparer de moi. Comme vous le savez, je suis actuellement en équipe nationale et je prépare une CAN. Donc, le mercato c’est une autre histoire. Le moment venu on verra en tout cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here