PARTAGER

Khalilou Fadiga, Habib Bèye et Alassane Ndour sont trois des héros de 2002. Ils se prononcent sur le tirage qui propose aux Lions, comme il y a 14 ans au Mali, deux équipes nord-africaines en phase de poules. Tous trois estiment que le Sénégal peut se sortir de cette poule B. 

KHALILOU FADIGA : «Très costaud pour le Sénégal et pour les autres»

«Très costaud pour le Sénégal, très costaud pour toutes les autres équipes. Je pense que c’est une compétition très relevée. Le Sénégal a démontré lors de ces phases qualificatives qu’il avait largement de quoi aller jusqu’au bout de la compétition. Je souhaite à mon équipe nationale d’aller le plus possible dans le tournoi. Il y a énormément de talents et de potentiel avec énormément de choses qui ont été mises en place par le ministère des Sports, la Fédération et le coach Aliou Cissé. Maintenant c’est aux joueurs de faire ce qu’on n’a pas pu faire en 2002, c’est-a-dire remporter la CAN. Les supporters sénégalais seront dans l’expectative et les joueurs doivent régler la qualification contre la Tunisie et le Zimbabwe avant de croiser l’Algérie».

HABIB BEYE : «Les Maghrébins résistent mal à l’impact physique»

«L’Algérie, je l’ai croisée en 2000 et 2001 lors des qualifications de la Coupe du monde 2002. La Tunisie, je l’ai croisée à la CAN 2004 dans le brouillard du stade de Rades à Tunis. Ce sont deux fédérations super bien organisées et deux équipes qui jouent bien au football avec d’excellents joueurs. Si on les laisse jouer, ils peuvent faire mal mais ils ont des problèmes face à l’impact physique. La preuve : lors de la CAN 2015 contre la Cote d’Ivoire en quart de finale, l’Algérie avait souffert face à la force physique des Ivoiriens et les Lions doivent penser à ça».

ALASSANE NDOUR : «On n’a rien é enviera l’Algérie et à la Tunisie»

C’est un tirage qui n’est pas simple, il faut le reconnaitre. Mais on s’y attendait un peu de toutes les façons. Mais je crois que l’équipe du Sénégal est suffisamment outillée pour sortir de ce groupe. Elle n’a rien à envier à l’Algérie,a la Tunisie encore moins au Zimbabwe. Je suis confiant parce que persuadé que nous disposons de joueurs pour passer le cap de ce groupe B. C’est ça l’objectif premier en fait : passer le cap du premier tour et maintenant envisager le reste du tournoi. Parce que depuis 2006, le Sénégal ne s’est plus qualifié en quarts de finale de la CAN. Il faut y aller avec humilité mais aussi une grande détermination».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here