PARTAGER

Malgré un bon parcours au premier tour de la Can 2017, marqué par deux victoires et un match nul, Igfm fait son bilan des huit jours de compétition des Lions du Sénégal, avant le quart de finale, contre le Cameroun samedi prochain. Voici les bons et les mauvais points :

On a envie de revoir :

Le duo Mané – Keïta. Complémentaires dans les nombreuses contre-attaques, les deux attaquants ont porté l’équipe du Sénégal jusqu’en quarts de finale. Sadio Mané en est à deux buts en trois matchs et Diao Baldé Keïta a déjà 2 passes décisives. Des statistiques impressionnantes qui donnent raison au sélectionneur national Aliou Cissé. Ce dernier les alignera quoi qu’il arrive face aux Lions indomptables.

Un Abdoulaye Diallo intraitable. Le Sénégal peut remercier son gardien de but. Si les Lions ont enchaîné deux clean sheets respectivement face à la Tunisie (2-0) et au Zimbabwe (2-0) même si la défense a également joué sa partition, c’est en grande partie grâce à leur dernier rempart. Longtemps critiqué pour son manque d’assurance, l’ancien portier du Havre Ac a fait taire ses détracteurs en réussissant une belle rencontre notamment contre les Aigles de Carthage. La preuve, il avait été élu homme du match par la Caf (Confédération Africaine de Football). En contribuant à la qualification du Sénégal en quarts de finale, on aimerait le revoir contre le Cameroun. Rappelons que les deux buts encaissés par les Lions dans ce premier tour, c’est Khadim Ndiaye qui était dans les cages.

Le spécialiste des coups-franc Henri Saivet. Sans aucun doute, il sera aligné samedi. Le milieu de terrain de Saint-Etienne a surpris tout le monde notamment lors de la deuxième journée contre la Tunisie. En effet, il a prouvé qu’il n’était pas un joueur de banc en inscrivant un coup-franc direct puis prenant le jeu en son compte. Saivet qui avait perdu confiance, a retrouvé des couleurs.

Le courage du Benjamin. Ismaïla Sarr est le plus jeune de la Coupe d’Afrique des Nations. A 18 ans, le joueur du Fc Metz montre une vraie volonté dans sa première Can, ce que certains de ses aînés n’ont pas encore fait. Participant à tous les matchs du premier tour, le jeune milieu de terrain excentré a été omniprésent. Ses prises de balles, ses accélérations et dribles ont fait trembler les défenses adverses même s’il n’a pas marqué. Mais, être à ce niveau avec son âge, c’est déjà bon. Le benjamin sera forcément attendu.

On ne veut plus voir :

Les ratés de Mame Biram Diouf. Son inefficacité contre le Zimbabwe continue de faire couler beaucoup d’encres. Si Mame Biram Diouf devra continuer à rater des occasions nettes, mieux vaut ne pas l’aligner face au Cameroun. Car, il n’y aura plus un examen de rattrapage. Le quart de finale se jouera sur un seul match et le réalisme sera important. Du coup, l’assurance serait de mettre Moussa Sow à la place du joueur de Stoke City en manque de confiance.

L’ombre de Moussa Konaté. Sa convocation à la Can a soulevé un énorme bruit. Pourtant, le sélectionneur l’a retenu malgré tout et l’a même titularisé, lundi face à l’Algérie. Mais, c’était sans effet puisque Konaté n’a même pas eu d’occasions. Pire, il a été inexistant pendant quasiment 90 minutes.
Le jeune attaquant de Fc Sion était à la lutte avec Mame Biram Diouf, Moussa Sow et Famara Diédhiou. Mais il n’a pu su saisir sa chance, en offrant une pâle copie contre les Fennecs pour sa première titularisation. Il est bon pour cirer le banc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here