N’ayant pas eu la chance d’être récompensé par les autorités après avoir empilé des titres de champion d’Afrique de beach soccer avec le Sénégal, Pape Jean Koukpaki voit d’un bon œil l’audience accordée par le président de la République à ses jeunes frères de l’Equipe nationale suite à leur sixième trophée continental. D’ailleurs, pour la petite histoire, son départ de la Tanière était lié à un coup de gueule contre les autorités à qui il reprochait leur manque de considération envers les Lions de la plage. Un combat que Koukpaki a toujours porté.

L’histoire retiendra que Macky Sall a été le premier président de la République à recevoir au Palais l’Equipe nationale de beach soccer. Le chef de l’Etat a attendu le sixième sacre continental des Lions pour enfin leur ouvrir les grilles du Palais présidentiel et les traiter à la hauteur de leur performance et de leur rang en leur offrant chacun 10 millions Cfa et en les décorant du grade de Chevalier de l’Ordre national du Lion.

Pourtant il y a eu certains de leurs aînés qui n’ont pas eu ce privilège. C’est le cas de Victor Diagne et Amadou Diop, anciens entraîneurs de l’équipe, mais surtout de Pape Jean Koukpaki, buteur attitré de cette sélection. D’ailleurs ce dernier avait, en plein regroupement, fait une sortie au vitriol pour réclamer aux autorités plus de considération pour les Lions de la plage. Une sortie musclée qui lui avait valu d’être écarté de la sélection sur le chemin de la Coupe du monde. Aujourd’hui membre de la Commission technique qui a travaillé lors de cette Can disputée au Sénégal, plus précisément à Saly Portudal, Pape Jean Koukpaki s’est dit très «honoré» de voir enfin les joueurs de l’Equipe nationale de beach soccer reçus au Palais par le Président Macky Sall.

«Je m’en réjouis de cette audience et de la récompense reçue. Comme vous le savez, ça a été toujours mon combat. Si vous vous rappelez lorsqu’on s’apprêtait à aller en Coupe du monde aux Etats-Unis, j’avais fait une sortie dans la presse pour demander que l’Etat soutienne l’Equipe nationale de beach soccer. Cela a occasionné mon départ de la Tanière. C’est comme ça que j’ai quitté l’Equipe nationale sans organiser mon jubilé. On peut porter un combat et que les retombées profitent aux autres. C’est ce qui s’est passé aujourd’hui. Mais je suis très content pour mes jeunes frères d’avoir reçu cette récompense de la part du président de la République. Ils le méritent amplement», a réagi avec classe l’ancien international tout en souhaitant aux Lions le meilleur.

«Des gens m’ont appelé pour demander leur part des 10 millions»

Faisant partie de la délégation présente au Palais présidentiel lors de l’audience accordée aux poulains de Ngalla Sylla, Pape Jean Koukpaki révèle avoir reçu séance tenante des appels téléphoniques de partout, venant de personnes lui réclamant leur part des dix millions. «Des gens m’ont appelé pour demander leur part des 10 millions. Ils me disent qu’ils m’ont aperçu au Palais présidentiel en suivant la télé et qu’ils ont du mal à croire que je n’ai pas reçu de l’argent (rire). Ils me disent que ce sont les champions d’Afrique de 2008, 2011 et 2013 qui ont le droit d’être récompensés. ‘Non’ ! Je leur ai répondu. Ce sont les champions d’Afrique 2021 qui sont récompensés», tient à préciser l’ancien avant-centre de l’Us Ouakam sur un ton ironique.

Ayant cheminé avec l’Equipe nationale de beach soccer en étant trois fois champion d’Afrique (Can 2008, 2011 et 2013), Koukpaki de se montrer fataliste : «Rien ne peut se faire contre la volonté de Dieu» en répondant à la question à savoir s’il n’avait pas un appel à lancer au Président Macky Sall pour que les autres champions d’Afrique comme lui soient pris en compte en se faisant aussi récompenser. «Ce que Dieu décide que je l’aurai, personne n’y pourra rien. C’est à travers le sport que j’ai acquis une certaine notoriété. Je ne peux que rendre grâce à Dieu. Tout autre chose que j’aurai ne serait que bénéfice pour moi.» Un discours classe qui mesure la dimension et la générosité de l’homme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here